Gazette Drouot logo print

Le catalogue des peintures françaises du XVIIe siècle du Louvre

Publié le , par Carole Blumenfeld

Chapeau bas. Alors que la plupart des grands musées font le choix du tout-numérique, les éditions du Louvre mènent une solide politique de publication des catalogues des collections.

Le catalogue des peintures françaises du XVIIe siècle du Louvre

 


Et ce nouveau volume, à mi-chemin entre le catalogue sommaire et le catalogue raisonné, prouve avec brio l’utilité de l’exercice. Nicolas Milovanovic propose un état des lieux des savoirs sur l’attribution, la datation, l’historique et une liste des publications sur chacun des tableaux, qui sera ô combien utile aux étudiants et conservateurs. La longueur des textes dépend de l’importance historique des œuvres. C’est un parti pris. Sans surprise, les tableaux phares, véritables jalons de l’histoire de l’art, occupent une place de choix : Poussin triomphe, tout comme Champaigne, Claude, Jouvenet, La Hyre, La Tour, Le Brun, les Le Nain, Le Sueur, Mignard, Valentin et Vouet. Justement, cet ouvrage est un formidable support pour réfléchir sur la collection. Contrairement au Catalogue sommaire illustré des peintures du musée du Louvre et du musée d’Orsay publié en 1986, les belles reproductions ici nous y incitent bien davantage. Il y a surtout les « nouveaux » : ils sont trente-sept depuis 1986 (le catalogue compte 626 numéros). Certains ont fait grand bruit mais des dons sous réserve d’usufruit sont passés quelque peu inaperçus, comme l’Enlèvement de Proserpine de Nicolas Mignard en 2017 ou la Déploration du Christ de Charles Poerson, donnée en 2019. On le savait : au Louvre, le grand siècle français est marqué par un tropisme louis-quatorzien et parisien. Le premier XVIIe siècle, malgré les superbes Caravagesques, présente des écueils. Et tant mieux car, malgré l’entrée de La Résurrection de Lazare de Jean Le Clerc en 2011 et La Bataille des Amazones de Claude Déruet, offerte par les Motais de Narbonne en 2009, cela augure des acquisitions à venir. Il faudra un jour trouver un Verdier majeur, des Jacques Bellange, Jean Boucher, Georges Lallemand, Michel Corneille l’Ancien, Jean Senelle, Nicolas Prévost et surtout un Cretey aussi important que celui présenté par Rob Smeets à la Tefaf en 2019. Un autre Santerre serait bienvenu. 

Nicolas Milovanovic,
Catalogue des peintures françaises du XVII
e siècle,
coédition Gallimard/Louvre éditions, 328 
pages, 65 €.
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne