Laure, princesse de Beauvau-Craon

Le 26 mai 2017, par La Gazette Drouot
© GETTY IMAGES

La configuration actuelle du marché de l’art français doit beaucoup à l’action menée par Laure de Beauvau-Craon, récemment disparue. Chevalier de la Légion d’honneur, elle rejoignit Sotheby’s France en 1986 et en devint présidente en 1991. Dès l’année suivante, elle entreprit avec une détermination sans faille un combat qui dura une décennie ; il s’agissait d’ouvrir le marché français aux maisons de vente internationales, autrement dit mettre fin au monopole des commissaires-priseurs, datant de… quatre siècles ! Si la démarche ne lui valut pas que des amis, rien ne l’arrêta et, en s’appuyant sur la réglementation européenne, elle atteignit malgré mille difficultés son objectif : le 28 juin 2001, Sotheby’s organisa sa première vente à Paris, celle de la bibliothèque réunie par Charles Hayoit. Par ailleurs, Laure de Beauvau-Craon créa le Comité international de la demeure historique, participant ainsi à la préservation de nombreux monuments. Grande dame à tous points de vue, attentive à ses collaborateurs, qui devinrent souvent ses amis, sa parfaite courtoisie ne l’empêchait pas de se montrer négociatrice hors pair et bien des ventes importantes qui prolongent dans notre siècle la légende dorée du marché sont à mettre à son actif.

Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne