Gazette Drouot logo print

Lalanne et l’art kanak : l’esprit de la nature

Publié le , par Philippe Dufour
Vente le 23 septembre 2022 - 14:30 (CEST) - 14, rue du Rempart-Saint-Étienne - 31000 Toulouse

Les regards étaient tournés vers un poisson rutilant : il faut dire qu’il s’agit d’un grand classique… en parfait accord avec un décor venu de Nouvelle-Calédonie. 

François-Xavier Lalanne (1927-2008), Carpe d’or, résine dorée, signée «Lalanne» et... Lalanne et l’art kanak : l’esprit de la nature
François-Xavier Lalanne (1927-2008), Carpe d’or, résine dorée, signée «Lalanne» et monogrammée «FXL», numérotée 1?7/250 (défaut d’estampage), estampille «Édition Artcurial, Paris», 30 57 12 cm. 
Adjugé : 58 438 


Notre modèle de Carpe d’or a été édité par Artcurial, Paris, à partir de 1987 ; François-Xavier Lalanne l’a imaginé en version déclinée de la Grande carpe, un prototype de table de salon créé en 1972. Ce poisson devenu emblématique de l’art de son auteur, et de la décoration du XXe siècle, connaît toujours le même engouement. L’œuvre présentée ici est naturellement en résine dorée ; signée «Lalanne» et monogrammée «FXL», numérotée (30 57 12 cm), elle était pêchée pour 58 438 €. Ajoutons encore que l’animal aquatique était passé par le cabinet d’expertise Marc Gaudet-Blavignac, à Genève. Direction la Nouvelle-Calédonie avec une applique de porte de case kanak « Jöpwö » en bois dur à patine brun foncé noir, datant du XIXe siècle (h. 157,5 cm) et qui remportait 22 824 €. Elle pouvait se flatter d’un excellent pedigree, puisque collectée in situ vers 1900 par Armand Victor de Lartigue (1860-1931), officier de la Marine française, et depuis transmise de génération en génération dans sa famille. Les sculptures qui ornent la porte de la grande case, à l’image de ce bel exemple, sont l’évocation des ancêtres tribaux, qui légitiment le pouvoir des vivants. Notre applique arbore un nez puissant, sous un front où se devine le lien en courts chevrons de la cordelette d’une fronde, alors que le regard s’inscrit sous une arcade sourcilière marquée. À noter encore : les deux tiers inférieurs sont ornés en bas relief d’une succession d’entrecroisements savants, représentant le linceul végétal. Quant au percement au sommet, il permettait, à l’aide de lianes, d’attacher l’applique à la panne sablière et aux poteaux. Pour finir, on retrouvait les charmes de la campagne languedocienne, avec le Chemin bordé de genêts, une toile signée par Achille Laugé et datée 1928 ; accompagné d’un certificat de Nicole Tamburini, ce tableau (54 73 cm) récoltait 18 125 €.

vendredi 23 septembre 2022 - 14:30 (CEST) - Live
14, rue du Rempart-Saint-Étienne - 31000 Toulouse
Ivoire - Primardeco
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne