Gazette Drouot logo print

La volupté de la couleur par Pissarro

Publié le , par Claire Papon

La plus haute marche du podium ne devrait pas échapper à Pissarro, dont un tableau nous entraîne du côté de Pontoise.

Camille Pissarro (1830-1903), Sous-bois à Pontoise, 1877, huile sur toile, 46 x 38 cm.... La volupté de la couleur par Pissarro
Camille Pissarro (1830-1903), Sous-bois à Pontoise, 1877, huile sur toile, 46 38 cm.
Estimation : 300 000/400 000 €, adjugé : 482 600 €

«Dites à Gauguin qu’après trente ans de peinture, quelques chevrons à la clef, je bats la dèche», résume à son ami Eugène Murer Camille Pissarro, qui dut attendre les années 1888-1889 pour voir ses tableaux atteindre une cote décente. Les choses sont depuis longtemps rentrées dans l’ordre, les résultats à six chiffres alternant avec les enchères millionnaires. À la différence de Monet, l’artiste s’intéresse peu aux reflets sur l’eau, et leur préfère les nébuleuses de verdure, les routes et les chemins. La touche est ici rapide, nerveuse, les feuillages printaniers couvrent presque la totalité de la toile, à l’exception d’un mince filet de ciel et des silhouettes de ce couple. Après un premier séjour à Pontoise en 1866, puis à Louveciennes en 1869, Pissarro se réfugie à Londres pendant la guerre de 1870. À son retour, il se fixe à nouveau à Pontoise, travaillant aussi à Osny et à Auvers, tout proches. La période est féconde : il expose, aux côtés des impressionnistes, des paysages dans une riche gamme de brun, de vert et de rouge. Ce sont surtout les aspects changeants du sol et de la nature qui retiennent son attention. En un savant chaos, Pissarro donne la sensation de l’éphémère. L’air semble impalpable, un écran de frondaison envahit le champ visuel et écrase la perspective. Notre toile a appartenu à Julie Vellay, l’épouse du peintre, puis à sa fille Jeanne et à son gendre Alexandre Bonin. Le 26 juin 1931, elle est acquise à Drouot par le docteur Georges Viau (1855-1939). Dès 1894, ce chirurgien-dentiste proche des Rouart et mécène a rassemblé l’une des plus importantes collections de tableaux pré-impressionnistes et impressionnistes. Pissarro y figure en bonne place. Logique quand on sait que cet ami de nombreux artistes avait assez d’influence auprès d’Ambroise Vollard pour lui recommander l’auteur de notre sous-bois, qui se chargera ensuite de l’emmener chez Monet, au moment où celui-ci achève la série de ses cathédrales. À la vente posthume de sa collection, le 11 décembre 1942 à Drouot, on ne compte plus les Renoir, Cézanne, Signac, Sisley, Gauguin, Toulouse-Lautrec…

vendredi 17 décembre 2021 - 14:00 (CET) - Live
Salle 5 - Hôtel Drouot - 75009
Auction Art Rémy Le Fur & Associés
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne