facebook
Gazette Drouot logo print

La tendre Indochine du peintre Lé Phô

Le 22 novembre 2018, par Philippe Dufour

Il fait partie de ce groupe d’artistes issus de l’école de Hanoï dont la cote ne cesse de grimper, en France et à l’étranger. Il est vrai que Lé Phô a de quoi séduire, auteur de dizaines de scènes tendres et maternelles, traitées à l’aide de teintes pastel. À l’image de cette charmante maternité, une composition décrivant…

La tendre Indochine du peintre Lé Phô
Lé Phô (1907-2001), Femme et enfants dans une barque, gouache sur soie, 48 x 67,5 cm.
Adjugé : 262 300 €

Il fait partie de ce groupe d’artistes issus de l’école de Hanoï dont la cote ne cesse de grimper, en France et à l’étranger. Il est vrai que Lé Phô a de quoi séduire, auteur de dizaines de scènes tendres et maternelles, traitées à l’aide de teintes pastel. À l’image de cette charmante maternité, une composition décrivant une mère occupant l’avant d’une barque plate, avec ses deux garçons. L’un brandit une tige de lotus blanc, saisie au bord du fleuve, comme pour attirer l’attention de la jeune femme, qui s’occupe de son dernier-né. La figure maternelle est au centre de l’art de Lé Phô, et c’est sans doute la raison de son succès, qui ne faiblit pas, ainsi que l’attestait ici le beau score de 262 300 €, multipliant par dix son estimation moyenne. Beaucoup plus abordables, deux tableaux s’établissaient au même prix de 13 420 €. Le plus ancien s’affirmait comme une toile de l’école liégoise de la seconde moitié du XVIIe siècle, représentant La Déposition et attribué à l’entourage de Bertholet Flemal ; on sait que ce peintre, après un séjour à Rome et Florence, eut aussi une carrière parisienne  il était ainsi l’auteur d’un plafond des Tuileries, aujourd’hui disparu. Le second dépeignait l’un des monuments les plus illustres de Rouen : le Gros Horloge, porte à la silhouette caractéristique et comportant un cadran. Une toile signée par l’un des meilleurs chroniqueurs de la capitale de la Normandie : Léon Jules Lemaître. Du côté de la joaillerie et de l’horlogerie, deux pièces se détachaient tout particulièrement : la première était un solitaire en or gris, orné d’un diamant de 5,98 ct, de pureté SI 1, et de taille brillant, empoché en échange de 24 400 €. La seconde consistait en un rare réveil d’époque Régence, portant la mention «Chevallier horloger du Roy», qui sonnait pour 5 368 €. 

vins et alcools, bijoux, orfèvrerie, horlogerie, céramiques, arts décoratifs du XXe, design, tableaux anciens, modernes et contemporains, mobilier et objets d'art
dimanche 18 novembre 2018 - 10:00 (CET)
Le Clos Saint-Marc, 40, rue Victor-Hugo - 76000 Rouen
Hôtel des ventes de la Seine
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne