Gazette Drouot logo print

La route de l’ambre

Publié le , par Anne Doridou-Heim

La route de l’ambre fondée par les Germains pour y faire commerce, partant des brumes de la Baltique pour descendre le long du Rhin et du Danube vers la chaleur de la Méditerranée passait par le cabinet d’un collectionneur curieux, issu de deux générations d’ébénistes. Il avait réuni durant cette période divers objets traduisant...

La route de l’ambre
Italie, XVIIe-XVIIIe siècle. Buste probablement de l’empereur Auguste, ambre, h. totale 20 cm. Adjugé : 22 750 €

La route de l’ambre fondée par les Germains pour y faire commerce, partant des brumes de la Baltique pour descendre le long du Rhin et du Danube vers la chaleur de la Méditerranée passait par le cabinet d’un collectionneur curieux, issu de deux générations d’ébénistes. Il avait réuni durant cette période divers objets traduisant ses goûts éclectiques. Ce buste présumé d’Auguste, premier empereur de Rome, choisi par la Gazette n° 9 du 2 mars (page 54) pour annoncer la dispersion, résumait parfaitement l’ensemble. Il a doublé son estimation et réalisé 22 750 €. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, il existait à Rome des ateliers spécialisés dans l’exécution de petits bustes d’empereurs en matières rares. L’ambre, collecté sur les plages de la mer Baltique et recherché depuis les temps lointains de l’Égypte et de la Grèce ancienne, y était particulièrement apprécié. On prête à cette oléorésine fossile secrétée par des conifères encore nommée «or de la mer» ou «larme des dieux» de nombreux pouvoirs magiques et curatifs qui ont contribué à sa notoriété, et sa matière translucide tendre, aux éclats orangés, entre dans la conception de nombreux bijoux depuis l’époque des Celtes. Rien de moins.

Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne