Gazette Drouot logo print

La révolution Mazarin

Publié le , par Caroline Legrand
Vente le 11 novembre 2019 - 14:15 (CET) - 14, boulevard Eindhoven - 14400 Bayeux

Issu d’un travail parisien vers 1680-1690, ce bureau Mazarin est le témoin des nombreuses évolutions formelles et stylistiques dans le mobilier de l’époque Louis XIV.

Travail parisien, vers 1680-1690. Bureau Mazarin, placage de bois précieux à décor... La révolution Mazarin
Travail parisien, vers 1680-1690. Bureau Mazarin, placage de bois précieux à décor en réserve toutes faces, 81 109 65,5 cm.
Estimation : 30 000/35 000 

Un modèle exceptionnel à plus d’un titre. Ce bureau présente en effet une forme, alors novatrice, dite «Mazarin», avec huit pieds gaine terminés par des boules aplaties, réunis par des traverses en mouvementées, ainsi qu’une petite armoire centrale en retrait, et deux caissons latéraux. Une ligne créée aux alentours de 1670, après la mort du cardinal de Mazarin, en 1661. Derrière ce nom de baptême mystérieux se cache en tout état de cause un objet révolutionnaire, puisqu’il participe amplement à la création d’une nouvelle typologie de meuble : le bureau. En effet, au XVIIe, on se contentait encore de disposer un tapis de bure sur une table afin de pouvoir y travailler. Les meubles tendent à devenir fixes à la fin du XVIIe siècle et de nouveaux types voient le jour, encore imposants et majestueux, dans l’esprit souhaité par Louis XIV. Le nôtre présente une originalité, avec son dessus brisé et son petit abattant écritoire s’ouvrant en façade. Réalisé en placage de bois précieux, il déploie un décor en réserve sur toutes ses faces, à motifs feuillagés et rosaces stylisées. Rappelons que ces meubles se plaçaient bien souvent au milieu de la pièce, tous leurs côtés étant ainsi visibles. Si nombre d’entre eux affichent souvent une marqueterie métallique à la Boulle, celle de notre exemplaire est en bois à décor végétal. Une nouveauté stylistique en cette fin de XVIIe siècle, à laquelle un certain Pierre Gole n’était pas étranger. D’origine hollandaise, cet ébéniste (vers 1620-1684), travaillant pour le cardinal Mazarin et la famille royale, a largement participé à l’introduction en France de ce type de marqueteries florales, souvent sur fond d’ivoire, déjà courant dans son pays natal.

lundi 11 novembre 2019 - 14:15 (CET) - Live
14, boulevard Eindhoven - 14400 Bayeux
Bayeux Enchères
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne