Gazette Drouot logo print

La palette en fusion de Chu Teh-chun

Publié le , par Claire Papon

C’est l’un des peintres favoris du marché. Grande figure de l’abstraction lyrique, Chu Teh-chun signe cette toile vingt ans après son arrivée à Paris.

Chu Teh-chun (1920-2014), Le 6 mai 1977, (19)77, huile sur toile, 92 x 65 cm. Estimation :... La palette en fusion de Chu Teh-chun
Chu Teh-chun (1920-2014), Le 6 mai 1977, (19)77, huile sur toile, 92 65 cm.
Estimation : 180 000/220 000 
Adjugé : 344 500 

Lumière à l’horizon, Fusion poétique, Vers l’infini, Vent debout, Élan de l’inspiration, nombre de titres de ses tableaux résument le souffle qui les anime et l’intensité de la palette. Le nôtre porte celui de sa date d’exécution, mais il aurait pu s’intituler Incandescence ou Embrasement. «Du cœur d’une lave en fusion cerné des anneaux aux jaunes stridents s’échappent des volées de braises rougeoyantes qui se figent très vite, comme en un chaos original. Des colonnes de basalte déjà éclatées, fracassées, sont projetées dans l’espace pour s’immobiliser ensuite lentement en des formes plus claires qui s’organisent le long d’une ligne de fond, la ligne de crête», écrit Pierre-Jean Rémy dans la monographie qu’il a consacrée à l’artiste en 2006 (éditions de la Différence) et dans laquelle notre tableau est reproduit. Combinant délicatesse et spiritualité de l’esthétique asiatique avec l’éclat et le dynamisme de l’abstraction moderne, Chu Teh-chun développe une forme unique d’abstraction qui semble occidentale aux Chinois, orientale aux Occidentaux. Né à Hangzhou, où il étudie la calligraphie et la peinture traditionnelle auprès de Lin Fengmian, il décide de poursuivre sa carrière en Europe et s’installe en 1955 à Paris. Si son orientation vers l’art abstrait vient avant tout de la quête d’une certaine liberté d’expression, la découverte de l’œuvre de Nicolas de Staël lors de la rétrospective qui lui est consacrée en 1956, et celle des expressionnistes Pollock et De Kooning n’y sont bien sûr pas étrangères. À Amsterdam, en 1970, à l’occasion de l’exposition célébrant les trois cents ans de la naissance de Rembrandt, il est subjugué par son utilisation du clair-obscur, par sa virtuosité à manier les noirs et les blancs, par l’extraordinaire intensité des ors, des bruns et des rouges sombres. Un pigment qui hante ses propres œuvres : le rouge, couleur de la chance dans son pays natal, et qu’il manie au gré de larges coups de brosse…

mardi 14 juin 2022 - 14:00 (CEST) - Live
Salle 5 - Hôtel Drouot - 75009
Gros & Delettrez
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne