Gazette Drouot logo print

La marque d’un trésor impérial

Publié le , par Anne Doridou-Heim

En s’approchant du million, un sceau en néphrite ayant appartenu à Qianlong rejoint la longue cohorte de ses frères dispersés dans le vaste monde.

Chine, époque Qianlong (1736-1795). Cachet de forme carrée en néphrite vert épinard... La marque d’un trésor impérial
Chine, époque Qianlong (1736-1795). Cachet de forme carrée en néphrite vert épinard surmonté d’un lion, la patte antérieure gauche posée sur la balle enrubannée, au revers, l’inscription qin xian zhi bao («trésor de l’empereur Qianlong, appréciatif des personnes talentueuses»), 7,2 8,8 8,8 cm.
Adjugé : 914 400 

Le marteau est tombé ou, plutôt, le sceau a frappé 914 400 € pour laisser son empreinte dans la désormais longue histoire des cachets impériaux aux enchères. Celui-ci est en néphrite d’un intense vert épinard – ce qui fait encore mieux ressortir l’inscription qin xian zhi bao («trésor de l’empereur Qianlong, appréciatif des personnes talentueuses»), gravée à l’encre rouge à son revers. Le choix de ce jade (voir l'article Un sceau chinois pour une approbation impériale de la Gazette n° 10, page 6) indique sa date de fabrication, la seconde partie du règne de l’un des deux plus grands empereurs de la dynastie Qing, Qianlong (1736-1795), après que le souverain conquérant a repris le contrôle de la vaste région rebelle de l’Altishar. Le jade qui a permis sa fabrication, une «belle pierre» sur laquelle les lettrés ont projeté tant de vertus – bonté et beauté, prudence et sincérité – symbolise l’alliance du ciel et de la terre. L’intérêt pour ces petits objets d’usage finalement de décor assez simples – ici un lion posant sa patte sur une balle enrubannée – remonte au début des années 2000, lorsque la Chine, en plein boom économique et à nouveau conquérante, décide de se réapproprier son patrimoine culturel dispersé au hasard de son histoire millénaire et surtout du fameux sac du Palais d’Été par les troupes franco-britanniques en 1860. Derrière la modeste apparence de ses sceaux se cachent en effet des objets de pouvoir et rien de moins que la main des souverains qui les possédaient et les frappaient sur des documents auxquels ils donnaient leur approbation. Les toucher revient un peu à s’approcher de celle de l’empereur et, lorsqu’il s’agit de Kangxi ou de son petit-fils Qianlong, on comprend l’engouement. Le contexte mondial aidant, la raison est cependant un peu revenue quant aux prix : désormais, le million d’euros (ou autour) semble plutôt la norme. Une unité tout de même fort appréciable !

vendredi 15 avril 2022 - 14:00 (CEST) - Live
Salle 4 - Hôtel Drouot - 75009
Beaussant Lefèvre & Associés
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne