facebook
Gazette Drouot logo print

La lumière en mouvement

Le 07 mars 2019, par Caroline Legrand

Yonel Lebovici était un infatigable inventeur. Il cherchait l’inspiration dans tous les domaines, parfois les plus improbables, afin de donner jour à des luminaires à la fois novateurs et pleinement en adéquation avec son époque  les années 1960 et 1970, entre nouveau réalisme et pop art, détournement des objets du quotidien…

La lumière en mouvement
Yonel Lebovici (1937-1998), lampe Pantographe, version rectangulaire, modèle conçu en 1972, n° 11 d’une édition limitée à 20 exemplaires + 2, acier nickelé, lampes à incandescence, édition d’époque, signée, 27 51 16 cm.
Estimation : 5 000/8 000 

Yonel Lebovici était un infatigable inventeur. Il cherchait l’inspiration dans tous les domaines, parfois les plus improbables, afin de donner jour à des luminaires à la fois novateurs et pleinement en adéquation avec son époque  les années 1960 et 1970, entre nouveau réalisme et pop art, détournement des objets du quotidien et remise en question des valeurs. Après les Fiches mâles, les lampes Satellite ou Soucoupes, voici donc la lampe Pantographe. On rappellera que les pantographes sont ces dispositifs articulés placés sur le toit des locomotives, leur permettant d’être reliées au caténaire et donc de s’alimenter en électricité. Lebovici est parti de ce concept pour créer trois différents modèles de lampes  rectangulaire, pyramidale ou hexagonale , ayant pour point commun la capacité de se déplier, changeant de forme et développant ainsi leurs rayons d’éclairage. Dans notre exemplaire, des tubes de linolite sont enchâssés par le bas dans les trois bras métalliques amovibles. Cette capacité d’invention, l’artiste la devait à sa double formation : des études d’aéronautique au début des années 1950 puis un passage à l’École des arts et métiers. Il s’intéressait en particulier aux matériaux légers utilisés par la Société d’aéronautique, mais aussi à tous les matériaux industriels à l’instar de l’acier, du Plexiglas ou de l’aluminium. Entre design et sculpture, Yonel Lebovici n’a pas voulu choisir et a inventé des formes éclairantes ayant marqué leur temps, notamment grâce à l’exposition «Idées lumineuses», organisée en 1978 à la galerie Jean-Claude Riedel. Bien qu’éminemment modernes, ces lampes étaient faites de manière artisanale. Lebovici dénonçait la production industrielle, jugée trop commerciale, et travaillait uniquement sur des séries limitées, tout en essayant toujours d’offrir à ses créations une finition extrêmement travaillée, un poli éclatant et séduisant.

arts décoratifs du XXe, tableaux modernes et contemporains
samedi 09 mars 2019 - 10:00 (CET)
Courtine, 2, rue Mère-Térésa - 84000 Avignon
Hôtel des ventes d'Avignon
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne