Gazette Drouot logo print

La guerre des moutons. Le mérinos à la conquête du monde, 1786-2021

Publié le , par Sophie Humann

Le 12 octobre 1786, après cinq mois de voyage, amaigris, couverts de gale mais vivants, encadrés par leurs cinq bergers castillans, 366 moutons de race mérinos provenant de la région de Ségovie atteignaient le parc du château de Rambouillet, que Louis XVI avait acquis trois ans auparavant. Celui-ci avait contraint son cousin...

La guerre des moutons. Le mérinos à la conquête du monde, 1786-2021
Maréchal et Wailly, peintres officiels du Muséum national d’histoire naturelle, Portraits de mérinos, 1804-1806, aquarelle.
© Archives nationales

Le 12 octobre 1786, après cinq mois de voyage, amaigris, couverts de gale mais vivants, encadrés par leurs cinq bergers castillans, 366 moutons de race mérinos provenant de la région de Ségovie atteignaient le parc du château de Rambouillet, que Louis XVI avait acquis trois ans auparavant. Celui-ci avait contraint son cousin le roi d’Espagne à lui offrir les précieuses bêtes, lesquelles devinrent bientôt l’enjeu d’un conflit entre États pour le contrôle de l’industrie lainière naissante. S’appuyant principalement sur le très riche fonds que la Bergerie nationale de Rambouillet leur a confié en 2016, les Archives nationales présentent, dans une exposition plusieurs fois repoussée pour cause de pandémie, l’histoire de cette guerre des moutons. Suivant un parcours chronologique – ponctué de cartes, d’écrans diffusant des extraits des documents consultés –, le visiteur admire le premier troupeau espagnol, s’attriste des espoirs déçus des bergeries impériales, et assiste à l’irrésistible conquête du marché par l’Australie ou la Nouvelle-Zélande, où les colons anglais s’étaient approprié d’immenses terres d’élevage. Des aquarelles nous montrent l’art de croiser les meilleures bêtes, des échantillons de laines du XVIIIe siècle sont alignés sur de grands tableaux, des manuels d’instruction précisent le soin à apporter aux béliers… Deux sections très pédagogiques terminent cette présentation originale, dont le titre laissait présager un traitement peut-être un peu moins scolaire. La première évoque le quotidien à la Bergerie nationale au XXe siècle, devenue un conservatoire de la race mérinos, un lieu de formation et d’expérimentation des premières techniques d’insémination artificielle. La seconde, ouverte sur l’avenir, raconte la vie des troupeaux ovins de races locales, qui contribuent à la conservation des paysages, à la préservation de la biodiversité, et au timide renouveau d’une filière lainière nationale.

Musée des Archives nationales,
60, rue des Francs-Bourgeois, Paris 
IIIe, tél. : 01 40 27 64 20.
Jusqu’au 18 avril 2022.
www.archives-nationales.culture.gouv.fr
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne