Gazette Drouot logo print

La Gazette, un lieu de débats...

Publié le , par Vincent Noce

Ce billet ne serait pas tout à fait lui-même s’il ne suscitait pas des vagues à l’occasion. L’éditeur Jacques Glénat a ainsi fort mal pris notre critique du gouffre financier que représente le « pass culture jeune », dont la première part est consacrée à l’achat de mangas. À ses yeux, il s’agit d’une « forme de littérature...

La Gazette, un lieu de débats...
 

Ce billet ne serait pas tout à fait lui-même s’il ne suscitait pas des vagues à l’occasion. L’éditeur Jacques Glénat a ainsi fort mal pris notre critique du gouffre financier que représente le « pass culture jeune », dont la première part est consacrée à l’achat de mangas. À ses yeux, il s’agit d’une « forme de littérature illustrée », dont « les magnifiques raconteurs ont conquis tous les lecteurs de la planète, et pas seulement les Français [les premiers acheteurs au monde, après les Japonais]. Hayao Miyazaki, Akira Toriyama, Eiichiro Oda et beaucoup d’autres sont les plus grands auteurs de la culture japonaise qui ont influencé illustrateurs, cinéastes et artistes comme Takashi Murakami dont vous faites pourtant l’éloge p. 56 du même numéro de la Gazette […] Les adolescents qui lisent des mangas achètent bien des livres en français qui alimentent tous les métiers de l’édition, sans compter les nombreuses professions qui participent à cette économie»… Le premier éditeur de mangas en France a eu la courtoisie de nous envoyer, pour notre édification, quelques exemplaires de cette littérature, dont la schématisation du dessin, il faut l’avouer, ne nous a pas tout à fait convaincus. Jean-François Hébert, directeur général des Patrimoines au ministère de la Culture, nous reproche, quant à lui, de mésestimer les progrès faits dans la recherche et la restitution des œuvres pillées par les nazis. Il considère en particulier comme biaisé le commentaire sur la parole de la ministre, quand Roselyne Bachelot a « invité » les musées à conduire des recherches de provenance dans leurs collections.

Jean-François Hébert, le directeur général des Patrimoines, nous reproche de mésestimer les progrès faits dans la recherche et la restitution des œuvres pillées par les nazis.

Pour lui, il est clair qu’il ne s’agit pas d’un vœu, mais bien d’une instruction devant servir de ligne de conduite aux conservateurs et directeurs d’établissement. Dont acte.  D’autres lecteurs nous font part de leur passion. Revenant sur « la face sombre de Douglas Latchford », l’un des principaux trafiquants de Bangkok dont nous dénoncions les méfaits, un amateur d’art khmer de Grenoble voudrait rappeler le drame de l’arrachage par des militaires cambodgiens en 1998, à coups de marteaux-piqueurs, de centaines de bas-reliefs du « splendide temple » de Banteay Chhmar. Découvert par un chercheur français, Claude Jacques, le pillage a été notamment relaté dans un livre d’Olivier Cunin. Une partie des sculptures a pu être récupérée par le musée de Phnom Penh. Dans un tout autre registre, un lecteur s’interroge sur l’acquisition par le musée d’Orléans d’un portrait donné à Adelaïde Abel-Guiard, se demandant quel pourrait bien être l’avis du spécialiste de l’artiste, Joseph Baillio. Bonne question. Un autre fait l’éloge d’Henri Mitterand disparu à 93 ans, après une vie consacrée à l’œuvre d’Émile Zola, pour son érudition mais aussi ses qualités humaines. Un troisième se réjouit de l’arrivée à Versailles d’une assiette en porcelaine du service de Louis XVI, parue dans Versalia, la revue des amis du château. Il se souvient l’avoir vu adjugée pour 15 000 F en 1985 à Drouot, où l’expert d’Ader-Picard-Tajan n’avait pas décelé la provenance royale : « Il est vrai que la pièce ne comporte ni lettre-date, ni marque de peintre. » Ainsi se dessine le kaléidoscope des lecteurs de la Gazette, qui se veut aussi un lieu de débats.

Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne