Gazette Drouot logo print

La découverte des hiéroglyphes au musée des beaux-arts de Lyon

Publié le , par Armelle Fémelat

Étant donné la richesse et l’histoire de ses collections égyptiennes, le musée des beaux-arts de Lyon ne pouvait que commémorer le bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes par Jean-François Champollion. D’autant plus que le premier directeur de l’institution lyonnaise, François Artaud, archéologue et numismate de...

François Artaud (1767-1838), Dessin sur calque d’un détail du cercueil de Padikonsou,... La découverte des hiéroglyphes au musée des beaux-arts de Lyon
François Artaud (1767-1838), Dessin sur calque d’un détail du cercueil de Padikonsou, 1823 (?), Paris, Bibliothèque nationale de France.
© Bibliothèque nationale de France

Étant donné la richesse et l’histoire de ses collections égyptiennes, le musée des beaux-arts de Lyon ne pouvait que commémorer le bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes par Jean-François Champollion. D’autant plus que le premier directeur de l’institution lyonnaise, François Artaud, archéologue et numismate de renom, fut un ami et un collaborateur fidèle de l’égyptologue. L’institution lyonnaise conte l’histoire passionnante du déchiffrement des écritures égyptiennes à l’orée du XIXe siècle en mettant en scène quelque 180 objets, sur fond de motifs et paysages gravés tirés du célèbre Recueil des observations et des recherches qui ont été faites en Égypte pendant l’expédition de l’armée française d’Edme-François Jomard (1809). Un récit incarné, émouvant, basé sur les échanges et la complicité d’érudits curieux, férus de civilisation égyptienne. Une première série d’artefacts rappelle que le goût des Lyonnais pour l’Égypte ancienne remonte au XVIe siècle, et ne se dément pas jusqu’à l’expédition de Bonaparte en Égypte (1798-1801), point de départ d’une égyptomanie durable. Des lettres évoquent ensuite la rencontre d’Artaud avec les Champollion, d’abord Jacques-Joseph, le frère aîné, en 1808, puis le cadet Jean-François deux ans plus tard. Des dizaines de documents, en partie inédits, donnent la teneur de leur amitié solide et d’une collaboration scientifique au long cours, sous la forme de copies et d’échanges d’inscriptions, d’analyses d’objets et de mises en relation avec divers marchands et collectionneurs. Un bel ensemble d’antiques de la collection lyonnaise illustre l’ambitieuse politique d’acquisition déployée pour le musée par Artaud, dont la collection personnelle, largement étudiée par Champollion, est présentée. Le parcours s’achève sur les grandes étapes du déchiffrement des différentes écritures égyptiennes et ses protagonistes, célèbres et méconnus.

Musée des beaux-arts,
20, place des Terreaux, Lyon (69), tél. 
: 04 72 10 17 40.
Jusqu’au 31 décembre 2022.
www.mba-lyon.fr
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne