Gazette Drouot logo print

La Bretagne d’hier dans tous ses états

Publié le , par Philippe Dufour

La péninsule bretonne était le thème obligé de cette vente tenue à Quimper, où marins et paysans ont été fêtés à travers les toiles enthousiastes de Mathurin Méheut et Pierre de Belay.

Mathurin Méheut (1882-1958), Goémoniers de l’île de Batz, 1913, caséine sur toile... La Bretagne d’hier dans tous ses états
Mathurin Méheut (1882-1958), Goémoniers de l’île de Batz, 1913, caséine sur toile signée, monogrammée, titrée et datée, 60 92 cm.
Adjugé : 46 900 

Pièce très représentative de sa première période, la toile de Mathurin Méheut dépeignant des Goémoniers de l’île de Batz a largement dépassé ses objectifs en inscrivant 46 900 € à partir d’une estimation haute de 15 000 €. Réalisée à la caséine en 1913, bâtie en touches vigoureuses, l’œuvre (60 92 cm) témoigne du labeur difficile de ces travailleurs de la mer que Méheut commence à croquer en 1911, lors de son séjour à la station biologique de Roscoff. Par le même, et sujet de notre Zoom régions n° 27 (voir l'article A la fête des Filets bleus en compagnie de Mathurin Méheut, page 18), l’étonnant panneau, toujours à la caséine, représentant Les Filets bleus à Douarnenez, contresigné et titré au dos (75 110 cm), remportait 43 000 €. Cette fête du port finistérien devient, sous son pinceau, un magnifique exercice de coloriste, centré sur le bleu vif des filets de pêche à la sardine. Quant au grand dessin à la gouache sur papier contrecollé du même artiste, titré Pardon du Folgoët en bas à droite au crayon (71 47 cm à vue), il a été adjugé 22 500 €. Pas moins de 21 900 € étaient ensuite requis pour une autre scène portuaire, mais cette fois de la main de Pierre de Belay : Le Retour des pêcheurs à Audierne, une toile (91 118 cm) à la construction très verticale où se dressent les silhouettes massives des marins. Changement d’ambiance avec l’œuvre suivante, très intimiste car élaborée par Paul Sérusier : une Nature morte aux anémones avec citron (42 54 cm), portant une date – «23», – au dos et une étiquette signée la titrant. Analysée dans la Gazette n° 27 (voir l'article Sérusier, maître de la couleur et de la nature, page 61), elle récoltait là 32 500 €. Enfin, au chapitre des faïences modernistes de Quimper, la très appréciée Femme du Trégor tirant deux roussettes, importante statuette de la manufacture Henriot (45 35,5 cm) émaillée blanc, sur un dessin de l’incontournable Méheut et des alentours de 1930, a nécessité pas moins de 20 250 €.

samedi 16 juillet 2022 - 10:00 (CEST) - Live
105, avenue de Kerrien - 29000 Quimper
Adjug'Art , Hôtel des ventes de Quimper
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne