facebook
Gazette Drouot logo print

La basilique Saint-Denis/François Debret, architecte romantique

Le 14 mars 2019, par Christophe Dorny

Basilique cathédrale de Saint-Denis, 1, rue de la Légion d’honneur, Saint-Denis, tél. : 01 48 09 83 54 www.saint-denis-basilique.fr
Jusqu’au 24 novembre.

La basilique Saint-Denis/François Debret, architecte romantique
François Debret (1770-1850), Décor de la chapelle de la Vierge, coupe longitudinale, 1833, aquarelle et gouache sur carton.
© Ministère de la Culture - Médiathèque de l’architecture et du patrimoine

Un hasard exceptionnel a permis cette exposition. Apparu inopinément sur le marché au début des années 1990, un ensemble de dessins ayant appartenu à l’architecte François Debret est acquis par les Archives nationales. Le personnage, auteur du palais des Études des Beaux-Arts de Paris et de l’Opéra Le Peletier, n’est pas un inconnu. En revanche, ses longues années au service de la restauration de la basilique Saint-Denis avaient été totalement oubliées car largement dénigrées, puis nombre de ses interventions détruites par ses successeurs, notamment par Viollet-le-Duc. Mis en lumière grâce à ce fonds, c’est tout un pan de l’histoire de la basilique sous l’Empire et la Restauration qui est révélé. L’exposition s’ouvre sur la profanation des tombeaux en août 1793 jusqu’au limogeage de Debret en 1846. La fabrication de nouveaux vitraux, l’utilisation de la polychromie pour la décoration, l’installation de l’orgue, la construction d’une nouvelle charpente en bois et cuivre, de nouvelles sculptures : l’importante activité de François Debret a permis de donner une cohérence au lieu. La récente restauration de la façade avec l’horloge qui avait disparu s’est même appuyée sur ses dessins. Située dans les six chapelles absidiales de la crypte, l’exposition est organisée sous forme de panneaux, les conditions hygrométriques n’autorisant pas l’exposition d’œuvres originales. Un parcours en quinze étapes dans la basilique même permet ensuite de juger du legs in situ de l’architecte. «L’exposition a aussi pour dessein de rappeler des connaissances importantes pour le grand public, comme par exemple que Napoléon avait décidé de se faire enterrer dans la crypte. Son tombeau a été organisé là jusqu’en 1815», souligne Jean-Michel Leniaud, commissaire de cette exposition. Elle permet aussi de mieux connaître ce haut lieu historique et nécropole royale géré par le Centre des monuments nationaux.

Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne