Gazette Drouot logo print

L’univers flamboyant de Combas en quatre tableaux

Publié le , par Philippe Dufour

L’artiste phare de la figuration libre se hissait tout en haut de l’affiche, tracté par plusieurs œuvres fortes en couleur. Tandis que d’autres bons scores scintillaient du côté des bijoux.

Robert Combas (né en 1957), Jésus saigne, vers 1993, acrylique sur papier marouflé... L’univers flamboyant de Combas en quatre tableaux
Robert Combas (né en 1957), Jésus saigne, vers 1993, acrylique sur papier marouflé sur toile, 126 126 cm.
Adjugé : 47 120 

Jésus saigne, un acrylique sur papier marouflé sur toile (126 126 cm), prenait la tête du cortège avec 47 120 € ; peinte autour de 1993, la composition, montrant le Christ aux côtés d’étranges disciples, coiffés de rayons et d’un cône, est référencée dans les archives Combas sous le numéro 8954. Plus apaisé, un Portrait - 2003 (acrylique encore, 81 65 cm), répertorié sous le numéro 732 dans les archives Combas, partait à 23 560 €. Tête à plein de feutres de 2014 (acrylique de 65 50 cm), sorte de bouquet de fleurs aux cernes puissants, pouvait prétendre à 19 840 €. Quant à Lesbiennes - 2008, fixée grâce à une technique mixte sur diasec (114 152 cm), elle était saisie à 14 260 €, témoignant des « pratiques satellites » de l’artiste, selon son expression. Parmi celles-ci, un grand nombre de photographies repeintes, à l’image de nos deux modèles. Ces dernières ont d’ailleurs été exposées à la Maison européenne de la photographie en 2009, dans le cadre de l’exposition «Robert Combas. Le frimeur flamboyant». Retour à une peinture plus sereine, avec Charles Camoin, auteur d’une toile représentant Le Mas, environs de Saint-Tropez (50 65 cm), appréciée à hauteur de 26 040 €. Son contemporain Jean Puy avait préféré faire en 1928 le Portrait d’une jeune femme assise dans son intérieur (Dédé de Belle-Isle), une toile (81 60 cm) qui nécessitait 18 600 €. En guise d’épilogue, donnons encore deux bons résultats pour le chapitre consacré aux bijoux. D’un côté, 31 000 € étaient décernés à une chaîne dite «d’huissier» transformable, d’époque art déco, en platine, pavée de diamants de différentes tailles (accusant au total 25 à 28 ct). D’autre part, on offrait 28 520 € pour l’or gris d’une bague ornée d’un diamant rond de 6,08 ct, de couleur M et de pureté VS1.

tableaux anciens et modernes, mobilier et objets d'art, bijoux, céramiques, Harley-Davidson, bagages et accessoires de mode
dimanche 15 décembre 2019 - 10:30 (CET)
51, rue Alfred-Curtel - 13010 Marseille
Marseille Enchères Provence
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne