L’Observatoire : La tempête Amoako Boafo

Le 12 juin 2020, par Agathe Albi-Gervy

Le marché de cet artiste s’est embrasé en quelques semaines seulement.

 

Son marché s’est embrasé en quelques semaines seulement. Né en 1984 au Ghana, installé à Vienne depuis 2014 et représenté par la galerie américaine Mariane Ibrahim, Amoako Boafo voit sa cote flamber depuis sa toute première apparition sur le marché des enchères, en février de cette année 2020 : Phillips Londres adjuge alors sa toile The Lemon Bathing Suit (2019) pour 675 000 £, un chiffre treize fois et demi supérieur à son estimation initiale. Le 21 mai, la même maison propose son dessin Sleepy Lady (2019) au sein de sa vente en ligne : proposé entre 15 000  et 20 000 £, il a été vendu 106 250 £. Comme le rappelle Artprice, pas moins de vingt-quatre enchères ont été enregistrées sur ce lot. Les trois huiles d’Amoako Boafo vendues aux enchères cette année ont déjà changé plusieurs fois de mains depuis leur exécution il y a moins de douze mois.

Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne