L’Observatoire : la montée en puissance de l’art urbain

Le 08 octobre 2020, par La Gazette Drouot

Artprice s’est penché sur un marché en plein boom depuis une dizaine d’années, celui de l’art urbain. Né dans la rue, il a gagné les cimaises des galeries et des salles de ventes aux enchères avec succès.

 

Artprice s’est penché sur un marché en plein boom depuis une dizaine d’années, celui de l’art urbain. Né dans la rue, il a gagné les cimaises des galeries et des salles de ventes aux enchères avec succès. Premier chiffre pour en mesurer l’ampleur, les 108 M$ représentant en 2019 le produit de ventes aux enchères de Kaws, pseudonyme de Brian Donelly. Sur la même période, pas moins de 700 œuvres de Shepard Fairey ont été vendues aux enchères, constituant l’un des marchés les plus intenses au monde. Les quatre piliers du marché sont Basquiat – qui demeure l’artiste n° 1 – lié à l’art urbain, Kaws, Keith Haring et Banksy. En 2005, année des premières enchères enregistrées par ce dernier, l’une de ses peintures sur carton s’échangeait 12 000 $. Son record s’est établi en 2019 à plus de 12 M$.

Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne