L’Observatoire : Genieve Figgis en grâce

Le 02 juillet 2020, par Agathe Albi-Gervy

Cette artiste irlandaise, qui a vu naître sa carrière grâce aux réseaux sociaux, peint des toiles figuratives faisant référence, de manière très décalée, à la peinture classique du XVIIIe siècle.

 

Sa petite entreprise ne connaît vraiment pas la crise. L’artiste irlandaise Genieve Figgis (née en 1972), qui a vu naître sa carrière grâce aux réseaux sociaux, peint des toiles figuratives faisant référence, de manière très décalée, à la peinture classique du XVIIIe siècle. Défendue par la galerie Almine Rech depuis 2015, exposée à Londres, Bruxelles, Paris, Shanghai et New York, elle bénéficie déjà d’un solide marché secondaire. Selon Artprice, sur les vingt-deux œuvres de sa main soumises aux enchères depuis juillet 2018, aucune n’est demeurée sur le carreau. Son prix record a été atteint le 25 novembre 2019 chez Phillips Hong Kong pour sa toile Birth of Venus (2018), vendue à 303 500 $. Au total, elle a déjà permis de rassembler 1 M$ aux enchères. Une popularité qui lui a permis de se positionner à la 196e place du classement Artprice 2020.

Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne