facebook
Gazette Drouot logo print

L’invention de la perspective

Le 07 novembre 2019, par Claire Papon

Quatre cents ouvrages sur le thème de la perspective quittent la bibliothèque de Thomas Vroom. Des livres d’optique, de mathématiques et d’architecture, qui illustrent les multiples recherches sur le sujet.

L’invention de la perspective
Jean Pèlerin, dit Viator (vers 1445-av. 1524), Artificiali perspectiva (Toul, 1509), in-folio de 29 feuillets, reliure de veau blond, filets dorés encadrant les plats, dos à nerfs, tranches dorées (reliure du XIXe).
Estimation : 400 000/600 000 

Objet de réflexion des philosophes et des mathématiciens de la Grèce antique, c’est à Florence, au Quattrocento, qu’est inventée la perspective, au moment où les artistes souhaitent des représentations plus conformes à la vision humaine. Et c’est en Italie, justement, que se trouvent les origines de la passion du collectionneur néerlandais Thomas Vroom. À 15 ans, il visite avec ses parents le palais ducal d’Urbino, où il découvre La Flagellation du Christ peinte par Piero della Francesca. C’est une révélation. «Comment des artistes arrivent-ils à créer avec des surfaces et des lignes, avec des couleurs et des figures, avec des formes et des proportions, une perspective parfaite ?» explique-t-il en préface du catalogue. Naît le point de départ de la réunion, pendant une quarantaine d’années, de livres de savants et d’artistes allant du XVe au XXe siècle. Vedette de cet ensemble : cet exemplaire du premier traité de perspective imprimé en Europe. Sous la plume de Jean Pélerin, on apprend que la perspective a la capacité de «consoler et transcender les chagrins de la vie humaine». Plus sérieusement, son ouvrage est «l’un des plus précieux jalons de l’art français», dont la rareté est proverbiale. Si l’essentiel des estimations oscille de quelques centaines d’euros à 30 000, il faudra compter 80 000/100 000 € pour décrocher une édition originale de la suite complète des douze planches gravées du peintre Lorenz Stoer (1537-1621), Geometria et Perspectiva (Augsbourg, 1567), et 150 000/200 000 € pour s’offrir une édition princeps établie par Ange Politien, et dédiée à Laurent de Médicis, du traité de l’architecte et théoricien de l’art Léon Battista Alberti, De re aedificatoria (Florence, 1485). Art et sciences se mêlent pour maîtriser les apparences…
 

 

livres anciens, modernes et illustrés
vendredi 15 novembre 2019 - 14:30 (CET) - Live
Salle 1-7 - Hôtel Drouot - 75009
Pierre Bergé & Associés
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne