L’intime sexy sous le signe d’une créatrice espiègle, Chantal Thomass

Le 11 février 2021, par Anne Doridou-Heim

Avec Chantal Thomass, le dessous a pris le dessus sans se dissimuler pour autant avec audace et féminité. D’outil de séduction, il est devenu un objet de mode et de désir…

 Chantal Thomass

Le rose et le noir sont les deux couleurs qui viennent immédiatement à l’esprit pour évoquer l’univers si personnel de Chantal Thomass. La créatrice à la frange impeccable – autant que sa silhouette – a sorti la lingerie féminine des tiroirs. À l’effeuiller, on s’aperçoit que l’histoire des sous-vêtements est aussi longue que celle de l’humanité elle-même, depuis que les femmes du temps d’Aristote se couvraient la poitrine d’une bande appelée apodesme, dans un but il est vrai plus utilitaire qu’esthétique. L’époque médiévale conserve l’aspect pratique avec la chemise, mais invente une bande de tissu nouée autour de la jambe pour retenir les chausses : la jarretière est née. Puis la cour de François Ier galbe les formes et sous l’influence espagnole emploie la basquine, qui, en serrant le buste par des lacets dans le dos pour amincir la taille, est plus ou moins l’ancêtre du corset. Viennent ensuite les volants, les paniers, les jupons, les pantalons et les culottes et à force de libération, on en arrive au soutien-gorge que les féministes vont pourtant arracher… On est dans les années 1970. En parallèle c’est aussi une femme, Chantal Thomass, qui va révolutionner l’art délicat de la lingerie. Exit les coupes fonctionnelles et les matières basiques. Place à la dentelle, à la soie, aux tulles et aux fanfreluches. Place aussi à un brin d’impertinence et de fantaisie. Il est question de mettre en valeur les courbes. Partant de l’univers troublant de l’époque rétro, elle dessine des modèles jamais vus auparavant et réhabilite la guêpière, le porte-jarretelles, les bas et même le corset. Les premiers défilés de mode avec des mannequins uniquement vêtus de lingerie, c’est elle aussi ! La styliste dévoile en voilant et en jouant des dentelles et des transparences sensuelles. Le chic devient sexy et choc. Personne n’avait osé à ce point et pourtant derrière l’audace, il y a un savoir-faire impeccable, un vent de sensualité parfaitement maîtrisé pour fabriquer un outil de séduction imparable, qui fait mouche depuis des années. Si ses dessous ne doivent pas cacher ce qu’elle a fait dessus, ils sont tout de même indissociables de sa griffe. Grâce à elle en effet, ils sont passés sur le devant et sont devenus des objets de mode à part entière. Bien sûr, il ne faut pas la réduire à la lingerie et la vente de ses archives va d’ailleurs montrer qu’elle n’a pas fait que dans la dentelle – voir Événement page 10 –, mais son nom est à jamais synonyme de glamour et de séduction.

jeudi 06 mai 2021 - 14:00 - Live
Salle 5 - Hôtel Drouot - 9, rue Drouot - 75009
Millon
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne