Gazette Drouot logo print

L'idéal féminin selon Nattier, Biloul et Henner

Publié le , par Anne Doridou-Heim
Vente le 16 novembre 2021 - 14:00 (CET) - Salle 1-7 - Hôtel Drouot - 75009

Jean-Marc Nattier, Louis-François Biloul et Jean-Jacques Henner livraient chacun une image de l’idéal féminin, notamment au travers de ses carnations.

Jean-Marc Nattier (1685-1766), Portrait présumé de madame Tocqué, 1740, huile sur... L'idéal féminin selon Nattier, Biloul et Henner
Jean-Marc Nattier (1685-1766), Portrait présumé de madame Tocqué, 1740, huile sur toile, 55 46 cm.
Adjugé : 78 000 

Le XVIIIe siècle a offert son lot de portraitistes de talent. Certains, comme le natif de Perpignan Hyacinthe Rigaud, portaient au plus haut le caractère majestueux de leur fonction, nimbant leurs modèles d’une aura mythologique. D’autres, à l’image de Jean-Marc Nattier, choisissant de dépeindre des visages plus «vrais». De fait, ce Portrait présumé de Madame Tocqué, fixé en 1740 par celui qui fut l’un des peintres officiels de la famille royale – notamment des dix filles de Louis XV –, se situe dans un cadre d’intimité. Le regard de la dame posé sur le spectateur, franc, son visage légèrement incliné comme on le voit de manière réccurrente chez Nattier, lui confère une attitude naturelle reçue à 78 000 €. L’éclat de sa carnation et les draperies soyeuses de sa tenue ajoutent encore à son pouvoir d’attraction. Deux autres artistes, ceux-ci nés au siècle suivant, livraient à leur tour une ode à la beauté féminine. Louis-François Biloul (1874-1947) avec Le Bain (180 140 cm), une réminiscence de l’orientalisme, séduisait à 33 800 € et Jean-Jacques Henner (1829-1905) avec une Figure assise de dos dans un paysage (36 62 cm), à 32 500 €. La jeune femme, évidemment rousse, illumine de sa nudité un sombre paysage de forêt. Henner est actuellement la vedette d’une rétrospective ambitieuse – plus de quatre-vingt-dix œuvres – au musée des beaux-arts de Strasbourg, justement titrée «La chair et l’idéal» (jusqu’au 24 janvier 2022). Celle-ci redonne à ce peintre prolifique sa place dans l’histoire de la modernité. Si les tableaux étaient attendus, un grand vase (h. 77 cm) en forme d’aiguière en porcelaine de Berlin l’était beaucoup moins. Estimé quelques centaines d’euros, orné de larges bouquets de fleurs et à l’anse formée d’une femme et d’un amour, il s’épanouissait à 47 450 €. Un résultat élevé pour cet objet réalisé vers 1891 sur un modèle du dessinateur Alexander Kips (1858-1910). Dans la section du mobilier cette fois-ci, une paire de larges bergères (106 84 80 cm) en hêtre sculpté et redoré, attribuée au menuisier parisien de l’époque Louis XV Pierre Othon, recevait 41 600 €. Ces sièges, avec leurs proportions généreuses, s’inscrivent dans une période charnière de création, celle courant du milieu des années 1760 au début de la décennie suivante, que l’on nomme le «style transition Louis XV-Louis XVI».

mardi 16 novembre 2021 - 14:00 (CET) - Live
Salle 1-7 - Hôtel Drouot - 75009
Digard Auction
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne