Gazette Drouot logo print

L’éternelle Implorante de Rodin

Publié le , par Philippe Dufour

Le chef-d’œuvre de Camille Claudel a emmené vers les hauteurs cette vente dévolue en grande partie aux sculptures et arts graphiques modernes et contemporains.

Camille Claudel (1864-1943), L’Implorante, petit modèle, épreuve en bronze signée... L’éternelle Implorante de Rodin
Camille Claudel (1864-1943), L’Implorante, petit modèle, épreuve en bronze signée sur la terrasse, cachet du fondeur «Eug. Blot Paris», n° 25, 28,4 30,3 16,5 cm (détail).
Adjugé : 223 200 

L’Implorante demeure l’une des pièces les plus évocatrices de l’art de Camille Claudel, et une véritable allégorie de sa propre existence, bouleversée (voir l'article Une œuvre emblématique de Camille Claudel de la Gazette n° 19, page 106). À l’origine, la femme aux bras tendus fait partie du groupe L’Âge mûr, élaboré entre 1893 et 1898, à la fin de sa relation tumultueuse avec Auguste Rodin. On en avait ici la version isolée, le bronze dit «Petit modèle», une fonte d’Eugène Blot datant de 1905 qui n’a pas manqué d’inscrire 223 200 €, offerts par un collectionneur français ; cette pièce (28,4 30,3 16,5 cm) relève de la série en taille réduite à 29 cm, et porte le n° 25 (sur 59 éditées). Bien différent s’affirmait Signal n° 44, série I, une sculpture lumineuse de Vassilakis Takis créée en 1974 ; elle se compose d’un feu bleu clignotant sur une tige métallique télescopique, reposant sur une base quadrangulaire à gradin en métal peint en blanc. Une pièce, elle aussi caractéristique (h. 191,5 cm), qui attirait 11 160 €. Légèrement antérieure et plus fonctionnelle, il y avait aussi une lampe de parquet dite « simple » de Serge Mouille, à une lumière en métal tubulaire noirci et cache-ampoule conique pivotant laqué blanc en face interne (h. 164,5 cm), elle s’est illuminée à 25 048 €. Place ensuite aux arts du burin, avec Maruru, une gravure de Paul Gauguin des années 1893-1894 ; réalisée sur bois en noir avec deux tons de couleurs orange et jaune, la belle épreuve sur japon (21,5 36,6 cm) est issue du tirage de Roy à environ 25 ou 30 exemplaires, et a mérité ses 17 760 €. On finissait, à hauteur de 7 688 €, sur un exemple d’abstraction lyrique, brossé par Jacques Germain : Sans titre, la toile monogrammée porte au dos un autre monogramme et un numéro «340» (73 92 cm).
 

Vassilakis Takis (1925-2019), Signal n° 44, série I, 1974, feu bleu clignotant sur une tige métallique télescopique, base quadrangulaire à
Vassilakis Takis (1925-2019), Signal n° 44, série I, 1974, feu bleu clignotant sur une tige métallique télescopique, base quadrangulaire à gradin en métal peint en blanc, h. 191,5 cm (détail).
Adjugé : 11 160 
samedi 14 mai 2022 - 11:00 (CEST) - Live
2, rue du Gué-aux-Ânes - 28100 Dreux
Laurent Bernard - Maison de ventes aux enchères
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne