L’école du regard. Caravage et les peintres caravagesques dans la collection Longhi à Caen

Le 06 juillet 2021, par Christophe Averty
Jusepe de Ribera (1591-1652), Saint Thomas, vers 1612, huile sur toile, 126 97 cm.
© Florence, Fondazione di Studi di Storia dell’Arte Roberto Longhi

On aurait pu craindre une redite de l’accrochage présenté en 2015 au musée Jacquemart-André. Il n’en est rien ! « Notre propos est de suivre et montrer le luminisme  qui obsède Roberto Longhi dans l’œuvre du Caravage et celles de ses prédécesseurs et suiveurs », explique Emmanuelle Delapierre, directrice du musée normand. C’est donc l’œil du collectionneur, son approche et cette rare aptitude à capter ce que personne avant lui n’avait senti ni étudié qui bâtissent le parcours, aussi riche que mesuré, de cette exposition. Autour du Jeune homme mordu par un serpent du peintre lombard, quarante-quatre œuvres caravagesques majeures de la collection Longhi (1890-1970) s’accompagnent ici de douze dessins et lavis exécutés par l’historien – entre 1925 et 1935, il en réalisa plus de deux cents. Le fusain y reflète la disposition de la lumière, le trait rendant compte de la scénographie du peintre et soulignant les ressorts narratifs d’une expression, d’une attitude… Longhi décortiquait ainsi la peinture pour en comprendre l’organisation spatiale et lumineuse comme on mène une enquête. Ses investigations graphiques – hélas, peu nombreuses dans l’ensemble réuni – lui permettront d’audacieuses et logiques attributions qui contredisent et réévaluent la critique de l’époque. Si grâce à lui, le Caravage est sorti du cercle des connaisseurs, sa lecture opère également des rapprochements sensibles avec le magistral Lorenzo Lotto – notamment un Saint dominicain en prière et un Saint Pierre martyr –, qu’il place en précurseur. De même, le critique verra dans les tons poudrés et les volumes saillants de Jusepe de Ribera de perspicaces parentés voire des connivences artistiques. Une judicieuse immersion menée sans excès ni redondance dans l’univers d’un esthète et accessible à chacun, néophyte comme spécialiste.

Musée des beaux-arts, le Château, Caen (14), tél. : 02 31 30 47 70.
Jusqu’au 17 octobre 2021.
mba.caen.fr
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne