Gazette Drouot logo print

L’atelier du Bois doré, un savoir-faire sur mesure

Publié le , par Valère-Marie Marchand

Depuis plus de quarante ans, Daniel Lecomte et son équipe se consacrent à la restauration et la reproduction de bois dorés anciens. Une prestation haut de gamme pour redonner aux meubles et accessoires leur lustre originel.

L’atelier du Bois doré, un savoir-faire sur mesure
Véronique Lecomte.
© Valère-Marie Marchand

L’atelier du Bois doré : cette enseigne au nom évocateur est bien connue des collectionneurs. Située au 15, quai Voltaire à Paris, à quelques encablures du magasin de couleurs Sennelier et à deux pas de l’ancien appartement de Karl Lagerfeld, cette boutique à la vitrine bleu nuit regorge de trésors. On peut y découvrir des cadres français des XVIIe et XVIIIe siècles, des profils de cadre italiens, espagnols ou hollandais du XVIe ou XVIIe, des miroirs, consoles, tables basses et à gibier fabriqués dans les règles de l’ébénisterie, mais aussi des appliques murales – avec plus de soixante-dix modèles d’époque –, des luminaires et différents objets de décor aux formes classiques et néoclassiques. Ici, le «sur-mesure» est roi, l’ornement se bichonne et brille de ses plus beaux atours. Depuis plus de quarante ans, Daniel Lecomte, artisan doreur de formation, associe les meilleurs artisans de France à la pérennisation de l’objet ancien. Son credo ? Proposer ce qu’il y a de mieux en la matière. Sa devise ? «L’élégance des modèles proposés, l’excellence de la réalisation, avec un réel souci du détail.» En effet, le doreur sur bois est souvent celui qui finalise une pièce d’ébénisterie. Son geste, tout en délicatesse, donne un coup d’éclat décisif aux meubles anciens et ravive toute composition ornementale, intérieure ou extérieure. Son domaine d’intervention assez vaste, englobant cadre, décor, mobilier et boiserie, fait de lui le maître incontesté d’un univers fascinant.
 

© Atelier du BOIS DORÉ
© Atelier du BOIS DORÉ

La qualité dans la continuité
Pour sa fille Véronique, le mot-clé de cet atelier est fidélité : à un métier patiemment acquis, à ses engagements, à l’exigence du travail bien fait, mais aussi à la notion d’équipe, selon elle essentielle. «L’atelier du Bois doré est avant tout une entreprise familiale, précise-t-elle. C’est mon père qui l’a créé en 1978. Il a commencé comme doreur professionnel. Peu à peu, il a constaté un regain d’intérêt pour des encadrements à l’ancienne. Or, dans les années 1980, les cadres d’époque étaient plus difficiles à trouver, et qui plus est hors de prix. D’où l’idée de fabriquer des copies d’excellente qualité. Au départ, il le faisait seul, alors qu’aujourd’hui six personnes, dont un ébéniste, un doreur et un apprêteur, travaillent avec nous dans nos ateliers situés dans l’Oise. Nos cadres sont façonnés à l’identique d’après des modèles traditionnels, ce qui n’exclut pas des adaptations et des changements de dimensions, et sont entièrement recouverts de feuille d’or.» Parmi les autres prestations proposées figurent l’encadrement sous verre, de présentation classique ou contemporaine – version boîte ou cornière –, et la réalisation d’accessoires, d’ornements ou de décors destinés à la dorure. La restauration est l’une des spécialités de ce lieu qui remédie au passage du temps. Biseaux érodés, moulures abîmées, angles émoussés, patines obscurcies, enseignes fragilisées n’ont pas de secret pour ces amoureux de la belle ouvrage. «Une fois qu’un ornement est refait, explique Véronique Lecomte, on y applique les apprêts avec de fines couches de blanc de Meudon mélangées à des ingrédients maison. Puis l’on passe à la reparure : autrement dit, on cisèle au fer tous les détails. Dès que celle-ci est au point, on se consacre à l’«assiette», un composé sur lequel on assied l’or pour la dorure à l’eau permettant d’obtenir les vrais «brunis», avec une couleur précise. Viennent ensuite les étapes de la dorure et de la patine, laquelle doit toujours être conforme à la teinte initiale. On n’invente rien et l’on procède toujours de la même façon : les matériaux que nous utilisons étaient déjà connus dans l’Antiquité.» Contrairement à d’autres maisons où chaque objet est suivi de A à Z par le même intervenant, chacun ici se répartit les tâches selon sa spécialité. Après la réalisation des ornements par le sculpteur-ébéniste, d’autres se chargeront du nettoyage, de l’apprêtage, de la dorure et du patinage. Quand vient son tour, la doreuse choisit sa couleur d’assiette pour retrouver la teinte d’origine et dispose d’un vaste échantillonnage de nuances — allant de l’or plus ou moins jaune à l’or vert — qui deviendront, en version mate ou brillante, aussi lisses qu’un miroir. Ses principaux matériaux ? L’or, naturellement, mais aussi la colle de peau de lapin et le «bol d’Arménie», soit une argile rouge très fine permettant l’adhésion du métal sur le bois apprêté. Les outils pour cela vont de l’agate ou pierre à brunir à la palette, en passant par les brosses, le coussin à dorer et des pinceaux «mouilleurs» et «appuyeux». La dorure sur bois s’effectue à l’eau ou à la mixtion et comprend de nombreuses étapes : autant de travaux préparatoires qui décupleront l’éclat de l’objet traité.

 

© Atelier du BOIS doré
© Atelier du BOIS doré

L’alchimie du temps retrouvé
Ici, tout ce qui brille est bel et bien d’or. Un cadre, une console, une applique ou un miroir ne sortiront pas de l’atelier sans être revêtus de leurs nouveaux habits de lumière. Les habitués de la maison sont pour l’essentiel des décorateurs, des galeristes, des conservateurs de musée, des antiquaires et des collectionneurs. Il n’est toutefois pas rare que des plasticiens fassent appel au savoir-faire de Daniel Lecomte pour leurs créations. Ce fut le cas il y a quelques années d’un artiste qui, pour une exposition, avait commandé des cadres à la dorure particulièrement vive. «Il en a résulté, nous dit Véronique Lecomte, une confrontation très intéressante, sur le plan plastique, entre l’aspect très insolite du cadre et le regard très contemporain de l’auteur de l’œuvre.» Parmi les commandes d’exception, notre interlocutrice se souviendra longtemps d’un cas d’espèce, en l’occurrence un miroir d’époque Louis XV à réserves et quatorze plateaux de représentation, qui a nécessité un travail titanesque : une réalisation XXL dont les arborescences quasi surnaturelles auraient fait le bonheur d’un Cocteau cinéaste pour l’un de ses décors. Les néophytes s’extasieront quant à eux devant la patine d’un cadre espagnol doré à l’or blanc ou en découvrant les accrochages du moment, où d’authentiques pièces de collection côtoient des copies de l’ancien et des créations plus contemporaines : une scénographie très soignée pour des pièces qui transitent par la boutique du quai Voltaire avant de rejoindre l’atelier de l’Oise. «Même si les gens sont moins puristes qu’avant, on ne confie pas un meuble de famille ou un miroir Louis XIV à n’importe quel prestataire. Aussi notre longue expérience fait-elle toute la différence. Nous ne travaillons pas sur catalogue, et relativement peu sur Internet, mais au cas par cas et en orientant au mieux nos clients selon les références existantes. Ce contact direct est à nos yeux irremplaçable.» Donner du temps au temps, tel est peut-être le secret de cet atelier pas tout à fait comme les autres. On l’aura compris, la dorure sur bois ne se résume pas ici à un simple relooking, et la mise en lumière qui en résulte est un gage de pérennité pour l’ébénisterie d’art. Les copies et restaurations effectuées en atelier requièrent une concordance des gestes, une minutie, une précision, une attention, un suivi au millimètre près des réparations en cours, en un mot un vrai sens du métier réservé aux seuls initiés. Les amoureux du beau travail le savent bien : une telle maîtrise se fait rare. Effacer les siècles passés en restituant l’éclat inimitable de l’or relève de la prouesse. Bien plus qu’une tradition, il pourrait bien s’agir d’une alchimie qui, à l’ère du virtuel, garde plus que jamais toute sa raison d’être.

à savoir
L’atelier du Bois doré, 15, quai Voltaire, Paris VIIe, tél. : 01 42 61 02 01.
www.bois-dore.fr
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne