Gazette Drouot logo print

L’art de René Buthaud séduit outre-Atlantique

Publié le , par Philippe Dufour
Vente le 10 juin 2020 - 09:30 (CEST) - 136, quai des Chartrons - 33300 Bordeaux

Pièce majeure trônant au milieu d’autres lots non moins séduisants – tel un buste d’Adèle d’Affry ou un capriccio par Giovanni Ghisolfi –, cette scène mythologique de l’artiste bordelais a ravi la première place.

René Buthaud (1886-1986), À l’ombre d’une végétation luxuriante peuplée d’oiseaux,... L’art de René Buthaud séduit outre-Atlantique
René Buthaud (1886-1986), À l’ombre d’une végétation luxuriante peuplée d’oiseaux, une nymphe dénudée se prélasse, bercée par la joueuse de luth Chio, un jeune faon à ses côtés, Le Dieu Pan jouant de la flûte, fixé sous verre églomisé sur deux châssis d’origine individualisés, formant un ensemble de douze panneaux, 371 99,5 cm, vers 1940-1945.
Adjugé : 118 275 

Composée de douze panneaux en fixés sous verre églomisé, la composition a pour titre très complet : À l’ombre d’une végétation luxuriante peuplée d’oiseaux, une nymphe dénudée se prélasse, bercée par la joueuse de luth Chio, un jeune faon à ses côtés ; une autre partie présente le dieu Pan jouant de la flûte. Visages sculpturaux, richesse du coloris à fond d’or, arabesques des poses… tout désigne l’art de son auteur, René Buthaud (voir l'article Buthaud revisite le fixé sous verre de la Gazette n°22, page 137) qui l’a réalisée vers 1940-1945. Présentée en deux lots, mais avec faculté de réunion, cette œuvre constitue le plus grand «fixé sous verre» créé par l’artiste (près de un mètre de haut et plus de trois de long). La première partie était poussée par un enchérisseur, la seconde par un autre, jusqu’au moment où un troisième (un particulier américain) raflait les deux pour 118 275 via la plateforme Drouot Digital. Notons que ce décor, resté en Gironde depuis sa création, avait été conservé par la même famille jusqu’au décès de son propriétaire. Une excellente surprise arrivait aussi avec un buste (84 61 cm) en bronze – une fonte Barbedienne – signé par Adèle d’Affry et représentant Bianca Capello ; estimé 5 000 €, il s’envolait jusqu’à 25 830 €. La sculptrice, également duchesse de Castiglione Colonna, mais plus connue sous son nom d’artiste de «Marcello» (et autrice de la Pythie de l’Opéra Garnier) s’est révélée une excellente plasticienne, dont la carrière devait être interrompue par une mort précoce, en 1879 à l’âge de 43 ans. Les tableaux anciens étaient également de la fête. Ainsi, L’Avocat du village, peint sur panneau (74 172 cm) par l’entourage de Pierre Bruegel le Jeune, trouvait preneur à 20 910 € ; alors que Thésée découvrant l’épée de son père (92 116 cm) par Giovanni Ghisolfi – sujet du Zoom régions n° 21 (voir l'article Ghisolfi ou l’art baroque du capriccio page 24) – décrochait 12 300 €.

mercredi 10 juin 2020 - 09:30 (CEST) - Live
136, quai des Chartrons - 33300 Bordeaux
A.Blanchy | E.Lacombe - Bordeaux Chartrons - Bordeaux Enchères
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne