Gazette Drouot logo print

L’art de la peinture et de la céramique au XVIIIe

Publié le , par Philippe Dufour
Vente le 18 avril 2019 - 14:30 (CEST) - 224, rue Paradis - 13006 Marseille

Entre peinture historique, panorama de Venise et arts du feu…

Jean-François de Troy (1679-1752) et son atelier, Alexandre et Diogène, huile sur... L’art de la peinture  et de la céramique au XVIIIe
Jean-François de Troy (1679-1752) et son atelier, Alexandre et Diogène, huile sur toile, 101,5 128 cm.
Adjugé : 29 760 

Cette scène est l’une des plus célèbres de l’histoire ancienne : la rencontre, tout en contrastes, entre Alexandre le Grand et Diogène. D’un côté, le conquérant, l’un des guerriers les plus redoutables de l’Antiquité, de l’autre le philosophe, vivant dans le dénuement absolu à Corinthe, avec une grande jarre pour seul abri. «Ôte-toi de mon soleil», sera la réponse cinglante de l’ascète, au jeune roi de Macédoine, qui lui demandait s’il avait besoin de quelque chose…C’est ce moment précis qu’a choisi d’illustrer Jean-François de Troy (avec son atelier), dans une toile où Alexandre ne cache pas sa surprise. L’œuvre est à rapprocher de deux autres de l’artiste : La Bataille des centaures et des Lapithes (collection privée, Paris) et Coriolan devant Rome (musée Antoine-Lécuyer, Saint-Quentin). Elle engrangeait ici 29 760 €. Direction l’Italie ensuite, avec un tableau intitulé Jeunes femmes dansant devant le Grand Canal à Venise, issu de l’école vénitienne des alentours de 1760. 10 912 € récompensaient ce beau panorama de la cité des Doges, rythmé en fond par le campanile et les coupoles de Saint-Marc. En revanche, l’œuvre attribuée à l’école madrilène du XVIIe siècle, et vue dans la Gazette n° 14 (page 120), n’a pas été vendue. Les arts décoratifs n’étaient pas oubliés par la vacation marseillaise, qui proposait une écuelle ronde Boizot et son plateau, en porcelaine tendre de la manufacture de Sèvres, emportée contre 9 920 €. Elle présentait un délicat décor en grisaille de chiens chassant des oiseaux sur terrasses, avec guirlande de feuillage or dans un galon à fond mauve sur les bords ; marquée «LL entrelacés», et portant une lettre-date «NN» pour 1790, sans oublier les marques du peintre Charles Antoine Didier père et du doreur Henri Prévost. Issu d’une autre manufacture, celle de Leroy à Marseille, un grand plat ovale à huit pointes en faïence à décor polychrome de Chinois, oiseaux et animaux fantastiques sur cinq terrasses fleuries, réalisé au XVIIIe siècle, recueillait la somme de 4 092 €.

jeudi 18 avril 2019 - 14:30 (CEST) - Live
224, rue Paradis - 13006 Marseille
Maison R&C, Commissaires-Priseurs Associés
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne