Gazette Drouot logo print

L’art de Georges Lacombe en trois œuvres

Publié le , par Philippe Dufour

Les couleurs de l’automne flamboient sur cette composition au cadrage audacieux, tandis que d’autres tableaux de l’artiste néo-impressionniste ont donné aussi le ton.

Georges Lacombe (1868-1916), Sous-bois en automne, huile sur toile monogrammée en... L’art de Georges Lacombe en trois œuvres
Georges Lacombe (1868-1916), Sous-bois en automne, huile sur toile monogrammée en bas à gauche, 92 68 cm. 
Adjugé : 45 260 


Six toiles et cinquante-huit dessins provenant de la famille de Georges Lacombe étaient proposés lors de cette dispersion normande. La peinture la plus remarquée, le Sous-bois en automne, un paysage monogrammé (92 68 cm), date de sa dernière période, après son installation, en 1897, avec femme et enfants, à Saint-Nicolas-des-Bois dans l’Orne. Une vision au caractère divisionniste, qui a été adjugée 45 260 €. Vu dans la Gazette n° 40 (voir l'article Georges Lacombe en famille page 150), l’éclatant Massif de salvias à l’Ermitage (66 82 cm) usait d’une palette estivale pour décrire un coin du jardin de Saint-Nicolas ; la toile monogrammée méritait bien ses 33 480 €. Enfin, pour clore la liste des meilleurs résultats enregistrés par le peintre, citons encore le Portrait de Sylvie et Nigèle (74 92 cm), représentant ses chères filles et portant un cachet d’atelier au revers ; pour les détailler, il fallait débourser 22 320 €. Ambiance normande toujours, mais plus littorale, avec un tableau de Jacques-Émile Blanche, signant une Rue animée à Dieppe, avec vue sur le château ; peinte à l’huile sur panneau (46 55 cm), la vision fort enlevée n’a pas manqué de recueillir 32 860 €. Lui succédait un autre port, mais lémanique celui-ci, puisque situé à Vevey : cette cité suisse était fixée par Henri de Saint-Delis sur une toile (89 116 cm). Dotée d’une précieuse étiquette indiquant «Salon des indépendants 1911» au dos, elle ne pouvait qu’attirer le bon score de 19 840 €. Pour la peinture plus dix-neuviémiste, c’est Charles-François Daubigny qui triomphait avec ses Falaises de Berneval (30 50 cm) brossées sur panneau, et achetées 24 800 €. Au rayon des arts décoratifs, se détachait un cartel d’applique Louis XV au dragon (72 38,5 cm), en bronze ciselé et doré à riche décor ajouré et asymétrique de rocailles, et surmonté d’un dragon ; son cadran émaillé blanc est signé «Noël Balthazar à Paris». Poinçonné plusieurs fois au «C» couronné, il a pu prétendre à 8 060 €.
 

bijoux, montres, bagages et accessoires de mode, vintage, argenterie, arts de la table, mobilier et objets d'art, tapis, pendules, tableaux anciens, du XIXe, modernes et contemporains
dimanche 21 novembre 2021 - 10:00 (CET)
20, rue Croix-de-Fer - 76000 Rouen
Guéry Maison de Ventes
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne