L’âge d'or d'Auburtin à Lodève

Le 05 octobre 2021, par Harry Kampianne
Jean-Francis Auburtin, Le Matin (Calanque de Porquerolles), 1894, huile sur toile, 113 162 cm, collection particulière.
© Gérard Dufrene

Bien que considéré comme un peintre symboliste, Jean-Francis Auburtin (1866-1930) ne peut être cantonné à cette seule étiquette. L’influence omniprésente de Puvis de Chavannes est certes indéniable, mais elle ne peut non plus lui enlever sa singularité de narration entre son goût pour les légendes nordiques, l’imaginaire féerique et la culture anglo-saxonne. C’est un artiste qui transcende le réel en idéal. Un constat prégnant dans l’exposition que lui consacre le musée de Lodève. Quoique divisée par thèmes, la rétrospective garde pour fil conducteur la Nature et l’Âge d’or de la mythologie gréco-romaine incarnant une justice idéale et une paix divine où règne l’harmonie. Dès les premières salles, le visiteur plonge dans le bain lumineux et diffus des paysages méditerranéens. Aquarelles, gouaches, huiles, encres débusquent la moindre pinède, bruyère, calanque ou arbousier nimbés de discrètes allégories. Le Matin, une de ses premières grandes toiles réalisées en 1894, souligne l’irréalité du sujet à travers une silhouette féminine évanescente et isolée dans un paysage édulcoré. Cette sensation de brume et d’indicible est perceptible tout au long des sujets développés. Outre qu’il fut le peintre de la mer, cette vision diaphane et sensuelle se retrouve dans ses paysages bretons, normands ou encore pyrénéens. La peinture de Jean-Francis Auburtin est un entre-deux, dans le sens où ses allégories oscillent entre les baigneuses et les nymphes, la nature et l’ésotérisme. Il flirte avec les dieux et la mythologie. Il y a du nabi dans ses couleurs et ses formes, voire du japonisme que la commissaire Aurosi Moreno résume par une « volonté de porter l’essence du paysage jusqu’à son absolu, via un dépouillement extrême. Une nature idéalisée, mais jamais dénaturée ».

Musée de Lodève,
square Georges-Auric, Lodève (34), tél. 
: 04 67 88 86 10.
Jusqu’au 27 mars 2021.
www.museedelodeve.fr
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne