Gazette Drouot logo print

L’œuvre multiple de Max Ernst

Publié le , par Zaha Redman

Cette première rétrospective italienne consacrée à Max Ernst (1891-1976), riche et documentée, parfaitement scénographiée, donne à voir toutes les facettes de la production de l’artiste, dessins et gravures, éditions, collages, peintures, sculptures, en déroulant son parcours sur les six ou sept décennies de sa trajectoire....

Max Ernst, Les hommes n’en sauront rien, 1923, huile sur toile, 80,3 x 63,8 cm. ©... L’œuvre multiple de Max Ernst
Max Ernst, Les hommes n’en sauront rien, 1923, huile sur toile, 80,3 63,8 cm.
© Tate, London, 2022 © Max Ernst by SIAE 2022

Cette première rétrospective italienne consacrée à Max Ernst (1891-1976), riche et documentée, parfaitement scénographiée, donne à voir toutes les facettes de la production de l’artiste, dessins et gravures, éditions, collages, peintures, sculptures, en déroulant son parcours sur les six ou sept décennies de sa trajectoire. Il est ici rendu dans une juste mesure à ses origines germaniques et à sa culture humaniste, trop souvent escamotées, mais il apparaît aussi comme un artiste profondément ouvert et international, non seulement dans sa biographie mais par la capacité qu’il a toujours eu d’intégrer les sources culturelles les plus diverses. L’inventeur n’est pas juste un homme talentueux ou génial, mais un esprit ouvert, mû par des questionnements sur le cheminement mystérieux de la vie, au même titre qu’un Dürer ou un Goya. On voit ici émerger une dimension très actuelle de son univers : sa relation à la nature, vie animale, végétale, cosmos, en conjonction avec la guerre et les destructions occasionnées par les hommes. Visionnaire et prémonitoire, cette facette de l’œuvre mériterait à elle seule un traitement particulier. Une reconstitution de la série « Histoire naturelle », un panorama très large de sculptures, un riche éventail des publications de l’artiste, outre qu’une pléiade de peintures magnifiques contribuent à la réussite de cette exposition, comme sa capacité d’offrir une multiplicité de cheminements, en explorant les aspects les plus secrets de l’œuvre de Max Ernst. C’est peut-être aussi un juste virage dans l’évaluation et la saga d’un artiste excessivement cantonné au surréalisme.

« Max Ernst »,
Palazzo Reale, piazza del Duomo, Milan, tél. : +39 02 88 44 5181.
Jusqu’au 26 février 2023.
www.palazzorealemilano.it
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne