Komunuma à Romainville : expositions inaugurales

Le 29 octobre 2019, par Alain Quemin
Exposition « Remplir le vide. Christian Gonzenbach », galerie Sator, Komunuma.
© Grégory Copitet

En 2012, la galerie Ropac effectuait une véritable révolution symbolique dans le monde des galeries parisiennes en ouvrant un espace immense au-delà du périphérique, à Pantin. C’est dans une commune limitrophe, à Romainville, que la fondation Fiminco entend faire émerger un nouveau site dédié à l’art contemporain. Outre l’association Jeune Création, des résidences d’artistes, un espace d’exposition et les collections du FRAC y seront regroupés. Quatre galeries parisiennes, une cinquième ayant finalement renoncé, occupent des locaux contigus : In Situ Fabienne Leclerc, venue du quartier de Stalingrad, Air de Paris, du XIIIe arrondissement, Jocelyn Wolff, de Belleville, et Vincent Sator, du Haut Marais. Les deux premières ont même abandonné leur espace parisien. S’il convient d’encourager cette initiative, on peut regretter qu’à l’exception de la galerie Sator, qui possède l’espace le plus réduit, ses confrères aient tous opté pour des expositions collectives présentant l’ensemble de leurs artistes. Le contraste est fort entre le solo show, convaincant, du sculpteur Christian Gonzenbach, et les présentations de groupe des autres galeries qui évoquent un peu trop de simples stands de foires. On aurait attendu que cette phase d’ouverture s’accompagne de partis pris et de plus de lisibilité avec, par exemple, un seul artiste ou un créateur par étage. C’est d’ailleurs le cas au sous-sol de la galerie In Situ, avec une installation vidéo de Gary Hill très réussie.

Komunuma,
43, rue de la Commune de Paris, Romainville (93),
métro ligne 5, station Bobigny-Pantin Raymond Queneau.
Jusqu’au 21 décembre 2019.
komunuma.com
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne