Gazette Drouot logo print

Kisling avant Kisling

Publié le , par Anne Doridou-Heim

Du peintre Moïse Kisling (1891-1953), installé à Montparnasse en 1910 après avoir quitté sa Cracovie natale et rejoint la belle caravane des artistes venus de l’Est pour œuvrer à la modernité parisienne et devenir un membre éminent de la première école de Paris , on croise le plus souvent des nus féminins, des natures mortes...

Kisling avant Kisling
Moïse Kisling (1891-1953), Portrait d’Adolphe Basler, 1914, huile sur toile dédicacée «À mon très cher Basler», 92 x 73 cm.
Adjugé : 108 800 €

Du peintre Moïse Kisling (1891-1953), installé à Montparnasse en 1910 après avoir quitté sa Cracovie natale et rejoint la belle caravane des artistes venus de l’Est pour œuvrer à la modernité parisienne et devenir un membre éminent de la première école de Paris , on croise le plus souvent des nus féminins, des natures mortes et des paysages des environs de Sanary, marqués par un certain classicisme. C’est oublier son passage par le cubisme et son admiration pour Cézanne. Ce Portrait d’Adolphe Basler, réalisé en 1914, traduit cette manière intéressante. L’œuvre est de plus historique : outre sa participation à de nombreuses expositions monographiques dédiées à Kisling (Nice, Turin, New York, Vérone, Paris), elle représente son premier marchand, rencontré à Céret en 1912, soit très peu de temps après son arrivée. Également critique, collectionneur et historien d’art, l’homme, né comme lui en Pologne en 1878 (il décédera en 1949), lui achète toute sa production d’avant-guerre contre 300 francs par mois. C’est lors de leur voyage en Hollande en 1914 que cette peinture est exécutée. Peint assis, vêtu d’un costume sombre, une jambe repliée sur l’autre, Basler paraît à la fois déterminé et décontracté. Amedeo Modigliani et Othon Coubine exécuteront aussi son portrait. Dans les années 1920, il dirigera la galerie de Sèvres, où il exposera des œuvres de Coubine, d’Utrillo et de Raoul Dufy, et produira de nombreux écrits et critiques, s’élevant régulièrement contre «l’intellectualisme excessif» de l’art contemporain en France.

vendredi 16 novembre 2018 - 14:00 (CET) - Live
Salle 5 - Hôtel Drouot - 75009
Ader
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne