Kader Belarbi

Le 29 octobre 2020, par La Gazette Drouot

Le directeur de la danse du Théâtre du Capitole de Toulouse signe un nouveau ballet : Toulouse-Lautrec, inspiré par l’œuvre de l’artiste, à découvrir la prochaine saison.

Kader Belarbi
© David Herrero

Êtes-vous plutôt peinture, objet, photo… ?
Je suis plutôt les trois. En tant que danseur, l’instant figé me passionne.
Votre dernier coup de cœur culturel ?
Au détour d’une balade d’été, la découverte d’une poésie de la vie par Gilles Sacksick. Ce qu’il a devant les yeux surgit sans autorité, avec harmonie et intimisme à travers huiles, lavis, pastels ou aquarelles.
Une œuvre que vous aimeriez posséder ?
Un tableau de Miquel Barceló ou de Kokoschka, ou encore un Rothko.
L’artiste qui vous touche ?
Peu importe celui qu’on nomme artiste, celui qui donne corps et âme à sa création, sa vérité et son authenticité.
Tendance FIAC ou Biennale Paris ?
Je me suis beaucoup rendu à la FIAC pour décrypter ce que l’on appelle le marché de l’art avec les tendances, bonnes ou mauvaises, et surtout découvrir ce que l’on ne connaît pas.
Existe-t-il un fil conducteur dans vos acquisitions ?
Aucune préméditation, la plupart du temps une situation de rencontre. Après un premier regard, quand vous ne pouvez vous détacher, vous êtes attrapé par une émotion. Une sorte d’alchimie agit, presque comme un sentiment amoureux. Tout commence par une énigme, jusqu’à une appropriation très personnelle.

DERNIÈRE MINUTE
Reporté à la saison 2021/2022.
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne