Jusqu’au bout du monde, regards missionnaires au musée des Confluences

Le 31 août 2021, par Armelle Fémelat
Bénin, Porto-Novo, culture yoruba, milieu du XIXe siècle. Coupe divinatoire, bois, pigments, envoyée par le révérend père Philibert Courdioux. 
© Musée des Confluences - Patrick Ageneau

Comme à son habitude, le musée des Confluences nous emmène très loin, cette fois à la découverte d’«objets rituels et usuels collectés par des missionnaires de par le monde avant de les envoyer au siège de l’Œuvre à Lyon», explique Marianne Rigaud-Roy. L’œuvre dont il s’agit est celle de la Propagation de la foi, créée dans la capitale des Gaules en 1822 et dont les collections ont été mises en dépôt au Muséum d’histoire naturelle de la ville, au début du XXe siècle, avant de rejoindre le musée des Confluences. Extrêmement didactique, l’exposition croise les trajectoires de trente-cinq missionnaires, leurs récits et certaines des pièces qu’ils ont collectées un peu partout sur la planète au XIXe siècle. Une centaine d’entre elles sont mises en regard avec l’histoire de l’homme qui les a envoyées à Lyon. Conçue par aire géographique, la scénographie très ingénieuse mêle cartels imprimés, extraits de films historiques, documents numérisés et témoignages oraux. Autel funéraire familial (butsudan) japonais, coupe divinatoire yoruba provenant de Porto-Novo au Bénin, jupe bella confectionnée à Tombouctou au Mali, coiffe amérindienne osage, de la région des Grandes Plaines, instruments de musique et modèles de bateaux… les objets donnés à voir sont multiples et divers. L’occasion est ainsi donnée de questionner leur statut et leur fonction dans leur culture d’origine, mais également via le regard des missionnaires, dans le contexte du fonds de l’Œuvre comme dans celui d’un musée public : un établissement qui doit, selon sa directrice Hélène Lafont-Couturier (voir Gazette no 1 de 2018, page 132), «regarder son histoire en face pour mieux inviter le public à la mettre en débat. Par son étude et sa présentation, cette collection ne se contente pas d’ouvrir une fenêtre sur le passé. Elle actualise notre compréhension des peuples du monde et interroge nos représentations successives de ces cultures.»

Musée des Confluences,
86, quai Perrache, Lyon (69), tél. 
: +33 (0)4 28 38 12 12.
Jusqu’au 8 mai 2022.
www.museedesconfluences.fr
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne