Jérôme Coumet

On 22 July 2016, by La Gazette Drouot

Le maire du 13e arrondissement de Paris, «séduit par la spontanéité et la vigueur de certains artistes du street art», qu’il promeut activement en un «musée à ciel ouvert», vient de recevoir la Marianne d’or pour le dynamisme de son arrondissement.

  

Êtes-vous peinture, objet, photo… ?
Je suis plutôt peinture, mais l’un de mes premiers achats fut une photographie de Yann Arthus-Bertrand, au profit d’associations caritatives, après la grande exposition «La Terre vue du Ciel», sur les grilles du jardin du Luxembourg. Depuis, c’est devenu un besoin d’être entouré par des œuvres qui m’inspirent et me nourrissent.
 
Votre dernier coup de cœur culturel ?
 J’ai vibré en découvrant les œuvres d’Hom Nguyen au palais de Tokyo. Je fus enthousiaste lors de la réalisation de fresques dans le 13e par C215, Inti et bien évidemment Obey. J’ai adoré que Michel Houellebecq et Robert Combas exposent ensemble, ayant été à l’origine de leur rencontre.
 
Une œuvre que vous aimeriez posséder ?
La prochaine que j’achèterai sans en avoir pourtant les moyens !
 
L’artiste qui vous touche ?
Richard Texier, qui développe plusieurs univers parallèles ; Georges Rousse et ses anamorphoses envoûtantes. Mon rêve serait qu’ils installent chacun une œuvre dans l’arrondissement.
 
Tendance FIAC ou Biennale des antiquaires ?
Je ne rate jamais la FIAC ! J’attends avec intérêt comment elle abordera l’intégration du street art qui défie tous les codes et s’affirme d’abord comme un art populaire.
 
Existe-t-il un fil conducteur dans vos acquisitions ?
Je n’achète que ce que j’aime et je peuple ma galerie de souvenirs. Je collectionne les street artistes qui sont intervenus dans le 13e.

 

Welcome La Drouot Gazette offers you 4 Articles.
You still have 3 article(s) left to read.
I subscribe