Jean Tinguely. Bricolages et débri(s)collages chez Georges-Philippe et Nathalie Vallois

Le 26 septembre 2019, par Christophe Dorny
Jean Tinguely, Föhn 1, 1974, métal, plume et sèche-cheveux, 80 56 30,5 cm.
© André Morin, Courtesy NCAF et Galerie, GP & N Vallois, Paris

Les artistes de la trempe du Suisse Jean Tinguely (1925-1991), créateur d’un art profondément personnel, d’avant-garde et accessible dans les années 1960, sont assez rares. La ferraille rouillée et les machines sonores bricolées, explosives, dévoilant les entrailles d’une société machiniste et mécanique, sont désormais internationalement connues. Mais quid de cet univers dadaïste qui a su mettre en spectacle l’art et la vie réelle ? N’est-il pas anachronique, à l’âge du tout numérique et de la Wifi ? Une belle occasion est donnée de s’y confronter à la galerie Vallois, qui présente une série d’œuvres de l’artiste des années 1970 (dont un certain nombre furent exposées en 1974 à la galerie Bischöfberger, à Zurich). Avec des perceuses, ponceuses, clés à molette ou à pipe et autres roues, Tinguely a fabriqué des machines de petit format, étranges œuvres à la fois compactes et légères, posées sur des socles. Observées aujourd’hui, leur rusticité défie le temps avec humour. N’hésitez surtout pas à demander à les faire fonctionner. Les roues tournent, les bruits «éclatent», des plumes s’agitent, les arbres métalliques prennent vie. Ces sculptures-créatures se rappellent à nous-mêmes comme le double de notre condition humaine : on aime, on souffre, on rit, et on s’imaginerait léger comme l’air. Non, rien n’a changé… même dans le nouveau monde ! Trois grandes et magnifiques Lampes, mélancoliques à souhait, un peu zoomorphes, rares exemples de créations installées dans la maison de l’artiste et de sa compagne, Niki de Saint Phalle, témoignent d’une époque libertaire et poétique. Un catalogue, avec une iconographie particulièrement soignée et un beau texte introductif de Kyla McDonald, replaçant cette série d’œuvres des années 1970 dans leur contexte créatif, accompagne l’exposition.

Galerie Georges-Philippe & Nathalie Vallois,
36, rue de 
Seine, Paris VIe, tél. : 01 46 34 61 07.
Jusqu’au 20 octobre 2019.
www.galerie-vallois.com
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne