Jean-Jacques Sempé

Le 31 octobre 2019, par La Gazette Drouot

Avec près de trois cents dessins originaux, l’exposition de l’atelier Grognard à Rueil-Malmaison et le livre-catalogue Sempé, itinéraire d’un dessinateur d’humour, aux éditions Martine Gossieaux, permettent de découvrir l’étonnant parcours d’un travailleur acharné et virtuose.

 

Êtes-vous plutôt peinture, objet, photo… ?
Peinture, mais il faudrait trois tonnes de livres pour vous expliquer mon choix ! Et j’aime aussi la musique, parce que j’ai toujours rêvé d’être pianiste pour jouer avec Duke Ellington…
Votre dernier coup de cœur culturel ?
Yuja Wang, que j’ai vue et entendue à la Philharmonie. Un phénomène avec d’immenses facilités qui m’ont impressionné. Et elle a la beauté de son talent !
Une œuvre que vous aimeriez posséder ?
La Joconde, mais pas sûr que Leonardo soit d’accord !
L’artiste qui vous touche ?
Ils sont nombreux, ceux que j’admire ! Mais il y a actuellement, dans l’exposition consacrée à Charlotte Perriand à la fondation Vuitton, des toiles de Fernand Léger qui me bluffent.
Tendance FIAC ou Biennale Paris?
FIAC, sans hésiter : ce côté bazar de luxe me fascine et me fait aussi souvent rire ou sourire, au détour d’une allée.
Existe-t-il un fil conducteur dans vos acquisitions ?
Il y a longtemps, j’ai acheté plusieurs dessins d’humour : Steinberg, Chaval, Bosc, Steig… J’ai le souvenir de les avoir payés assez cher. Mais aujourd’hui, j’ai envie de les embrasser tous
les matins, bien que je sois jaloux de leur talent !

Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne