Jean-Claude Riedel

Le 11 janvier 2018, par La Gazette Drouot
Sanyu, huile sur toile, adjugée 4,08 M€ en 2015. Aguttes, Drouot.

On lui doit la reconnaissance, en France, de Sanyu. Jean-Claude Riedel a disparu le 21 décembre, âgé de 77 ans. Ce grand passionné ouvre sa galerie parisienne, au 12, rue Guénégaud, en 1978 avec une exposition consacrée au peintre franco-chinois, qu’il s’est employé à soutenir pendant de longues années. Son dernier accrochage, en 1983, rendait hommage à José Garcia Tella. Pendant plus de quarante ans, il a ardemment défendu les peintres de la modernité, parmi lesquels figurent Stanley William Hayter, Pedro Pruna ou Maurice Rapin  d’illustres représentants de l’école de Paris ou du surréalisme. Une partie de leurs œuvres vendues par Jean-Claude Riedel étaient issues de la collection Henri-Pierre Roché, dont le galeriste avait acquis des huiles dès 1963. Souvenez-vous, le 2 juin 2015, la maison Aguttes adjugeait à Drouot des Fleurs dans un vase portant une inscription pour 4,08 M€, une œuvre de Sanyu, puis, le 26 octobre de la même année, un Nu assis ou Académie de dos, sur tabouret, du même auteur, pour 1,53 M€ : les deux toiles comptaient dans leur pedigree les noms de Roché et de Riedel. Plus tard, du 2 au 5 novembre 2016, Artcurial dispersait une collection de dessins du maître de la ligne calligraphique précieusement conservés, pendant plusieurs décennies, par son plus fervent défenseur en France.

Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne