Jean-Baptiste-Marie Pierre pour un tableau disparu

Le 29 avril 2021, par Anne Doridou-Heim

Une feuille de Jean-Baptiste-Marie Pierre, préparatoire au tableau de L’Enlèvement d’Europe, séduisait par sa grâce.

Jean-Baptiste-Marie Pierre (1713-1789), Femme agenouillée de dos, avec un drapé, sanguine et rehauts de craie sur papier chamois, 43,5 30 cm.
Adjugé : 45 936 

Jean-Baptiste-Marie Pierre (1713-1789) est un Parisien du plein XVIIIe, né dans les premières années du siècle et mort à la veille de la Révolution. Cet élève de Natoire est aussi un pur représentant du système en étant prix de Rome en 1734, premier peintre du duc d’Orléans, premier peintre du Roi pendant dix-neuf ans et directeur de l’Académie royale de peinture et de sculpture. C’est donc la feuille d’un artiste parmi les plus admirés de son temps, capable de s’attaquer avec le même talent à tous les genres – de la bambochade au grand décor religieux – et de les restituer avec une grande fidélité, qui était ici proposée. Qui plus est, cette Femme agenouillée de dos, avec un drapé est une étude préparatoire à sa peinture de L’Enlèvement d’Europe, en dépôt au musée des beaux-arts d’Arras jusqu’à sa destruction pendant la Première Guerre mondiale. Autant de qualités lui ayant permis de recevoir 45 936 € et ainsi de s’installer à la première place du panthéon de ses œuvres dessinées (source : Artnet).

vendredi 16 avril 2021 - 14:00 - Live
Salle 4 - Hôtel Drouot - 9, rue Drouot - 75009
Mirabaud - Mercier
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne