Jan Groover. « Tout ce qui est vrai est beau » à la galerie Folia

Le 22 septembre 2020, par Sophie Bernard
Jan Groover (1943-2012), Untitled (1086), 1981.
© Janet Borden, NYC & Klemm’s, Berlin

« Je prétendais encore que j’étais peintre, comme ça je pouvais me détendre et faire des photographies » affirmait encore Jan Groover (1943-2012) dans les années 1990, à propos de ses débuts, une vingtaine d’années plus tôt. Des propos révélateurs du statut de la photographie à cette époque, qui ne jurait que par le photojournalisme et le documentaire. Reconnue par ses contemporains –exposition au musée d’Art moderne de New York en 1987 –, l’artiste américaine a depuis été oubliée : sa dernière exposition en France remonte à 1978. Avec une vingtaine de tirages originaux – des pièces rares –, l’exposition de la galerie Folia permet donc de redécouvrir celle qui photographia aussi bien en noir et blanc qu’en couleur et pratiqua le portrait comme les paysages et les natures mortes. Sa démarche, atypique et inclassable, semble plus proche de la recherche que de l’expérimentation. Dans ses tirages de petits –voire très petits – formats sobrement alignés, les nuances de gris ou les contrastes de couleurs n’en sont que plus remarquables. Des vues de son jardin en Dordogne, où elle s’était installée, des pichets, bouteilles, couverts et autres fruits et légumes : l’originalité n’est pas dans le sujet photographié mais dans son traitement, au moment de la prise de vue – souvent des plans serrés – puis dans le laboratoire. Pour Jan Groover, « tout ce qui est vrai est beau », pour reprendre le titre de cette présentation offrant une belle introduction à une exposition d’envergure programmée au printemps 2021 à la fondation Henri Cartier-Bresson.

Galerie Folia,
13, rue de l’Abbaye, Paris 
VIe, tél. : 01 42 03 21 83.
Jusqu’au 24 octobre 2020.
www.galerie-folia.fr
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne