Gazette Drouot logo print

Galerie Le Minotaure : Issachar Ber Ryback, figure de l’avant-garde juive des années 1920

Publié le , par Maïa Roffé

Spécialiste des avant-gardes d’Europe centrale et de l’Est, le galeriste Benoit Sapiro se focalise sur le mouvement de la Kultur-lige, une organisation juive socialiste laïque, née à Kiev en 1918, dont l’objectif était d’émanciper son peuple à travers l’art, le théâtre, les revues et la littérature en yiddish. Après avoir...

Issachar Ber Ryback (1897-1935), Vieil homme, 1918-1923, tempera et gouache sur carton... Galerie Le Minotaure : Issachar Ber Ryback, figure de l’avant-garde juive des années 1920
Issachar Ber Ryback (1897-1935), Vieil homme, 1918-1923, tempera et gouache sur carton marouflé sur bois, 92 x 60 cm.
Courtesy Galerie Le Minotaure, Paris

Spécialiste des avant-gardes d’Europe centrale et de l’Est, le galeriste Benoit Sapiro se focalise sur le mouvement de la Kultur-lige, une organisation juive socialiste laïque, née à Kiev en 1918, dont l’objectif était d’émanciper son peuple à travers l’art, le théâtre, les revues et la littérature en yiddish. Après avoir consacré plusieurs expositions à Boris Aronson, le fondateur de la galerie Le Minotaure présente, en collaboration avec son confrère Alain Le Gaillard, Issachar Ber Ryback (1897-1935), une autre figure de l’avant-garde juive des années 1920. Pour cela, il a recherché durant vingt ans des toiles et productions graphiques de l’artiste, de Berlin à New York, en passant par Tel-Aviv, et sélectionné une soixantaine d’œuvres de 1916 à 1926, date à laquelle ce compagnon de route d’El Lissitzky arrive à Paris. Projets ornementaux, décors et costumes pour le théâtre, illustrations de livres pour enfant, dessins du shtetl (communauté villageoise) et des Pogroms en Ukraine voisinent avec une peinture sachant mêler art populaire juif avec le cubisme, le futurisme, l’expressionnisme. Une œuvre exceptionnelle témoigne de ce syncrétisme : Vieil homme (1918-1923), tempera et gouache sur carton marouflé sur bois. Donnant une dimension muséale à l’exposition, la Ryback House de Bat Yam (Tel-Aviv) a prêté cinq pièces majeures aux deux galeries et cinq autres au musée d’Art et d’Histoire du judaïsme (Paris). Ce prêt, qui comprend une étonnante Synagogue expressionniste au fusain de 1917 et une lumineuse toile cubiste (Alef Bet) de 1918, vient compléter un bel ensemble d’œuvres provenant de la collection du MAHJ, dans un accrochage conçu par la conservatrice Pascale Samuel (jusqu’au 31 décembre). Une monographie en français, anglais et russe, la première sur l’artiste, vient compléter cette présentation.

Galerie Le Minotaure,
2, rue des Beaux-Arts, Paris VIe,
galerieleminotaure.net,
et galerie Alain Le Gaillard,
19, rue Mazarine, Paris VIe
Jusqu’au 10 juillet 2022.
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne