facebook
Gazette Drouot logo print

Impressions modernes

Le 06 décembre 2018, par Anne Doridou-Heim

L’enchère millionnaire de la semaine était inattendue, même si elle concernait l’un des plus grands peintres du XIXe siècle ! En effet, un pastel 25 x 25 cm seulement de Claude Monet (1840-1926), intitulé Coucher de soleil sur la mer, a décuplé son estimation pour vibrer jusqu’à 1 118 000 €. Il obtient ainsi le deuxième…

Impressions modernes
Léonard Tsuguharu Foujita (1886-1968), Jeune femme nouant son châle, 1951, huile et encre sur toile marouflée sur carton, 35,2 x 23,5 cm (détail). Adjugé : 136 500 €

L’enchère millionnaire de la semaine était inattendue, même si elle concernait l’un des plus grands peintres du XIXe siècle ! En effet, un pastel 25 x 25 cm seulement de Claude Monet (1840-1926), intitulé Coucher de soleil sur la mer, a décuplé son estimation pour vibrer jusqu’à 1 118 000 €. Il obtient ainsi le deuxième prix pour une œuvre sur papier du maître de Giverny et le premier sur le marché français (source : Artnet) , entouré par deux œuvres de l’artiste exécutées sur le même support, un coucher de soleil pour le premier et une vue d’Étretat pour le deuxième. Tous trois ont un point commun : les vibrations des effets lumineux sur le ciel et la mer évoquant une impression, le grand génie de Monet, celle qui a donné son nom au mouvement que l’on connaît. On comprend mieux le résultat… Grand prince, l’auteur des Nymphéas n’occupait pas toute la place, et laissait s’exprimer à leur juste valeur les autres tableaux accrochés sur des cimaises modernes bien garnies. Petit retour aux sources du paysage du XIXe siècle, avec l’un de ceux dont le travail ouvrit justement la voie aux peintres de plein air. Charles-François Daubigny (1817-1878) a lui aussi subi les foudres des critiques bien-pensants, avec une toile de neige présentée au Salon de 1873. Certains lui reprochaient de l’avoir peinte avec du plâtre et un «balai de branches de bouleau». Ici, on lui devait une étude pour Les Plaines d’Auvers, travaux dans les champs (51 x 114 cm), qui s’étendait jusqu’à 88 400 €. Les chemins de fer ont grandement occupé le temps de Monet. Les années de jeunesse du Belge Paul Delvaux aussi (voir Gazette no 41 page 69), comme en témoigne son huile sur panneau de 1923, intitulée Fours à chaux sur la route d’Engis, portée à 130 000 €. Poursuite du voyage de l’autre côté de la Méditerranée, en Algérie tout particulièrement, avec trois encres et huile sur toile de Léonard Tsuguharu Foujita (1886-1968), réalisées lors de son séjour algérois à la demande de la galerie Romanet. Deux jolies dames y posaient pour lui, largement décolletées. Le premier tableau, cachant les seins de la Jeune femme nouant son châle (en couverture de la Gazette no 40 du 16 novembre et voir détail page de droite), se découvrait à 136 500 €, le second, montrant plus généreusement l’anatomie de son modèle, étant honoré de 162 500 €. Lors du même séjour, il se plut aussi à saisir des enfants dans leurs occupations quotidiennes, ce que rappellent les 234 000 € récompensant une Petite fille aux marionnettes.

 

Claude Monet (1840-1926), Coucher de soleil sur la mer, pastel 25 x 25 cm. Adjugé : 1 118 000 €
Claude Monet (1840-1926), Coucher de soleil sur la mer, pastel 25 x 25 cm. Adjugé : 1 118 000 €

tableaux modernes, japonisme et école de Paris
lundi 26 novembre 2018 - 14:00 (CET) - Live
Salle 1 - Hôtel Drouot - 75009
Millon
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne