facebook
Gazette Drouot logo print

Hortense Haudebourt-Lescot sort de l’ombre

Le 24 juin 2021, par Anne Doridou-Heim

Mme Haudebourt-Lescot offrait le visage d’une artiste au talent et à la carrière officielle qui lui valent encore, près de deux siècles plus tard, de séduire les collectionneurs.

Hortense Haudebourt-Lescot sort de l’ombre
Hortense Haudebourt-Lescot (1784-1845), Portrait d’enfant, 1832, huile sur toile, 166 125 cm.
Adjugé : 61 440 

Les artistes féminines de la première moitié du XIXe siècle ont l’honneur des cimaises du musée du Luxembourg (voir l'article Peintres femmes dans le sillage de la Révolution de la Gazette n° 21, page 205) et de celles de Drouot. Ce Portrait d’enfant d’Hortense Haudebourt-Lescot atteignait 61 440 €, gagnant la deuxième marche du podium de cette peintre dont le marché est friand (source : Artnet). On met régulièrement en avant le fait qu’elle soit la seule femme représentée dans le tableau de François-Joseph Heim figurant Charles X distribuant des récompenses aux artistes après le Salon de 1824. Ce n’est en effet pas un détail : il prouve combien Hortense Lescot, devenue par son mariage avec un architecte Mme Haudebourt-Lescot, bénéficiait de la reconnaissance de ses pairs grâce à son pinceau oscillant entre romantisme et néoclassicisme, du plus bel effet. L’élève de Guillaume Guillon Lethière à Rome fut présente au Salon entre 1810 et 1840 – environ cent tableaux de sa main y sont répertoriés. Peintre attitrée de la duchesse de Berry et portraitiste très appréciée de la société parisienne, elle appartient à cette génération à laquelle la Révolution a permis d’exister en tant qu’artistes, aux côtés d’Adèle Romany, de Marie-Guillemine Benoist, de Rose-Adélaïde Ducreux, des sœurs Lemoine et de bien d’autres.

Tableaux anciens, arts décoratifs du XXe
mardi 15 juin 2021 - 14:00 (CEST) - Live
Salle 6 - Hôtel Drouot - 75009
Ader
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne