Henri Cartier-Bresson. Revoir Paris

Le 07 septembre 2021, par Sophie Bernard
Henri Cartier-Bresson (1908-2004), Libération de Paris, 25 août 1944, collection fondation Henri Cartier-Bresson.
© Fondation Henri Cartier-Bresson/Magnum Photos

Si Paris n’a jamais été un sujet en soi pour Henri Cartier-Bresson, il l’a néanmoins photographiée tout au long de sa vie. Chronologique, l’exposition démontre son attachement à la ville où il a vécu la majeure partie de son existence. Conçue conjointement avec la fondation Henri Cartier-Bresson dont est issue une partie des tirages, elle est articulée en huit chapitres : « Le creuset artistique », « Engagement professionnel », « La Libération de Paris », « Premiers portraits sur commande », « Un géomètre du vif », « Attentif aux révoltes », « Changement de cap après 1968 », et s’achève avec des dessins originaux. En 1972, Henri Cartier-Bresson avait en effet troqué son appareil photo pour les crayons et les pinceaux. D’une décennie à l’autre, on parcourt autant les événements historiques que les multiples facettes de l’œuvre de celui que l’on surnommait « l’œil du XXe siècle ». Et l’on comprend pourquoi. Des premières images aux accents surréalistes aux reportages, il a été à la fois témoin et artiste, ce que résume une de ses célèbres citations : « Photographier, c’est mettre sur la même ligne de mire la tête, l’œil et le cœur. » Réunissant près de 200 tirages originaux, dont des icônes et une trentaine d’inédits, des publications et des films documentaires, l’exposition met en évidence une autre constante : son attachement à l’humain et aux humbles. Emblématique, la fameuse image de la famille d’ouvriers pique-niquant sur les bords de Marne, profitant des premiers congés payés, est bien sûr présente.
 

Musée Carnavalet Histoire de Paris,
23, rue de Sévigné, Paris III
e, tél. : 01 44 59 58 58.
Jusqu’au 31 octobre 2021.
ww.carnavalet.paris.fr

 
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne