Gazette Drouot logo print

Hassan El Glaoui versus Line Vautrin

Publié le , par Philippe Dufour
Vente le 25 novembre 2021 - 10:00 (CET) - 13, rue Traverse - 29212 Brest

Pleine de bruit et de fureur, une horde équine de l’artiste marocain galopait vers la victoire, se reflétant dans un miroir de la créatrice parisienne.

Hassan El Glaoui (1923-2018), Cavalcade de chevaux, encre et gouache sur fond or,... Hassan El Glaoui versus Line Vautrin
Hassan El Glaoui (1923-2018), Cavalcade de chevaux, encre et gouache sur fond or, signée, 74 105 cm.
Adjugé : 36 200 

Telle une fresque pariétale des temps préhistoriques, l’œuvre d’Hassan El Glaoui déploie dans l’espace sa Cavalcade de chevaux. Les destriers sans entraves ont été peints à l’encre et gouache sur un somptueux fond or (74 105 cm), et acquis en 1965-1966 au Maroc, directement auprès de l’artiste aujourd’hui considéré comme l’un des pères de la peinture moderne de son pays. Aussi la composition était-elle disputée jusqu’à 36 200 €, soit plus de quatre fois son estimation haute. Côté arts décoratifs, l’art raffiné de Line Vautrin était représenté par pas moins de vingt et un lots… En tête, brillait l’un de ses fameux miroirs sorcières, le modèle « Soleil à pointes n° 1 », forcément en talosel beige et miroirs orangés, signé et élaboré vers 1955 (diam. 23 cm). Toujours sur une courbe ascendante, l’engouement pour les créations de l’artiste dictait un résultat de 36 000 €. Par cette dernière, il y avait aussi un rare pied de lampe, encore en talosel – beige et ambré –, reposant sur un piédouche à trois gradins à pétales de fleurs en miroirs dorés et argentés supportant un fût en colonne cannelée. Exécutée aussi vers 1955, la pièce (h. 22 cm) est une version d’un modèle ayant figuré, dans un autre coloris, dans l’ancienne collection new-yorkaise de Tom Brill ; elle méritait bien ses 29 800 €.

Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne