Guy Tillim, Museum of the Revolution Henri Cartier-Bresson, en France (1926-1938)

Le 11 avril 2019, par Sophie Bernard

Fondation Henri Cartier-Bresson, 79, rue des Archives, Paris IIIe, tél. : 01 40 61 50 50, www.henricartierbresson.org - Jusqu’au 2 juin 2019.

Henri Cartier-Bresson (1908-2004), Hyères, 1932.
© Fondation Henri Cartier-Bresson/Magnum Photos

Pour sa deuxième exposition à sa nouvelle adresse, la Fondation HCB fait dialoguer Guy Tillim (né en 1962) et Henri Cartier-Bresson. Place tout d’abord aux grands formats en couleur du premier, lauréat du prix HCB 2017, et à un parcours évoquant les rues d’une ville. Ou plus précisément le sujet même de ce travail qui a conduit le Sud-Africain à observer les effets de la décolonisation dans les métropoles de son continent natal, de Johannesburg à Durban, en passant par Nairobi. Puis changement de décor avec le noir et blanc et les formats modestes des œuvres de jeunesse du père de l’instant décisif, dans un espace plus intimiste. Telle est l’une des missions essentielles de la fondation : faire rayonner sa collection, riche notamment de trente mille tirages de Cartier-Bresson, mais ainsi porter un regard original sur le travail du cofondateur de l’agence Magnum, surnommé l’«Œil du siècle». Articulé par thématiques («Élaboration d’un style photographique», «Les congés payés…), l’accrochage présente des clichés réalisés en France entre 1926 et 1938. Si le jeune photographe se cherche encore, influencé par les surréalistes, qu’il fréquentait, il a déjà le regard aiguisé. Ainsi cette exposition est-elle l’occasion de découvrir quelques trésors, parfois en tout petit format, mais aussi de revoir des icônes comme Hyères, 1932 ou encore Dimanche sur les bords de Seine, 1938.

Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne