Gazette Drouot logo print

Guerres culturelles et aveuglement

Publié le , par Vincent Noce

Récemment, nous nous inquiétions de la sortie d’une pétition dénonçant une « épuration » à la villa Médicis, soumise à « la haine des extrémistes », au motif qu’elle avait tenu une journée de réflexion sur la tenture des Indes. Le texte offrait sa caution à un article de La Tribune de l’art, dénonçant « la soumission des...

Guerres culturelles et aveuglement
 

Récemment, nous nous inquiétions de la sortie d’une pétition dénonçant une « épuration » à la villa Médicis, soumise à « la haine des extrémistes », au motif qu’elle avait tenu une journée de réflexion sur la tenture des Indes. Le texte offrait sa caution à un article de La Tribune de l’art, dénonçant « la soumission des institutions et des intellectuels » à la conspiration des progressistes qui mènent « un travail de sape de mise en accusation de l’Occident ». Face au déboulonnage des statues, « il n’y a pas de débat », tranchait Didier Rykner en introduction de ce manifeste aux accents maurrassiens. Il y était notamment affirmé que « la censure est presque exclusivement pratiquée par des gens qui se réclament de la gauche », acteurs d’un « véritable terrorisme intellectuel ». Ces bonnes âmes parties en défense de l’Occident n’ont pas encore trouvé de mots quand la sculpture dédiée à l’émir Abdelkader a été en partie détruite juste avant son inauguration à Amboise. Comme le constate Benjamin Stora, qui avait préconisé cette installation sur le lieu de sa détention, les vandales « sont des analphabètes et des incultes qui ne connaissent rien à l’Histoire ». On pourrait en effet rappeler le non-respect par la France du traité qui laissait à l’émir le contrôle d’une partie de l’Algérie, et sa lâcheté quand elle est revenue sur sa parole de le laisser s’installer à Alexandrie ou Acre s’il acceptait de se rendre. « On ne vous conduira pas autre part… notre souverain se montrera généreux envers vous et les vôtres », lui promit l’émissaire du duc d’Aumale, fils de Louis-Philippe et gouverneur d’Algérie. À son arrivée à Toulon, Abdelkader fut emprisonné, pour six longues années. Installé à Damas, où ce chef spirituel prônait la tolérance envers les chrétiens et les juifs, en 1860, il s’interposa avec sa troupe lors des massacres des premiers par les druzes, sauvant des centaines d’entre eux, acte de bravoure pour lequel il reçut la grand-croix de la Légion d’honneur de Napoléon III et fut décoré par le pape.

Dernière victime de cette censure, la bande dessinée d’Art Spiegelman sur l’Holocauste, Maus, soi-disant parce qu’une souris y apparaît toute nue.

En terre évangéliste, au Tennessee, deux ans après un événement semblable dans la Pologne catholique, un pasteur a organisé un autodafé des romans Harry Potter et de la saga Twilight, mis au feu pour leurs « influences démoniaques ». L’association des bibliothèques d’Amérique a décompté 230 demandes de retrait d’ouvrages le dernier trimestre de 2021, contre 156 pour toute l’année 2020. Cancel culture ? Un peu partout, sont éliminés des écoles des livres traitant de la question raciale ou de la sexualité, ou tout bonnement signés par des auteurs noirs. Dernière victime de cette censure, la bande dessinée d’Art Spiegelman sur l’Holocauste, Maus, soi-disant parce qu’une souris y apparaît toute nue. En regard, du côté de la niaiserie du « politiquement correct », un maire inepte, heureusement arrêté par ses concitoyens, a voulu déplacer une statue de Napoléon ; une effigie publicitaire de M&M a retiré ses talons hauts et Minnie s’apprête à passer des pantalons ; Apple a imaginé l’emoji d’un homme enceint. Jamais à court de fantasmes, le ridicule, heureusement, ne tue pas. Par contraste, chaque jour, aux États-Unis, des artistes et des écrivains, des enseignants et des médecins, des fonctionnaires et des élus ainsi que leur famille sont menacés de mort. Mais, comme l’a martelé en janvier la rencontre à la Sorbonne « contre la déconstruction et pour la reconstruction des sciences et de la culture » inaugurée par le ministre de l’Éducation, financée sur fonds publics et vite surnommée « le colloque de la honte », il est bien connu que « la censure est presque exclusivement pratiquée par des gens qui se réclament de la gauche », soumettant l’Occident à un « véritable terrorisme intellectuel » contre lequel il doit bien se défendre.

Les propos publiés dans cette page n’engagent que leur auteur.

Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne