Gazette Drouot logo print

Guerre en Ukraine : Phillips sur la sellette

Publié le , par Vincent Noce

Phillips se retrouve dans la tempête soulevée par l’agression russe de l’Ukraine. Depuis 2008, la maison de ventes appartient aux patrons du groupe de luxe russe Mercury, Leonid Friedland et Leonid Strunin, si bien que des voix s’élèvent pour son boycott.

Guerre en Ukraine : Phillips sur la sellette
 

Star de l’art contemporain, Anish Kapoor considère «Phillips comme une cible légitime, au même titre que le club de football de Chelsea», appartenant à Roman Abramovitch. «Personne ne devrait faire des affaires avec la Russie en ce moment», a enchéri le collectionneur d’art contemporain Andy Hall, qu’un responsable de Phillips a appelé après qu’il a dénoncé la firme sur Internet. Il n’a pas dû être convaincu, car il a déclaré au New York Times  : «Ce serait de l’hypocrisie totale que de continuer à vendre ou acheter au travers de cette entreprise russe.» En réaction, le P-DG de la compagnie, Stephen Brooks, a posté sur Instagram une «condamnation sans équivoque de l’invasion de l’Ukraine». Rappelant que ses propriétaires ne sont pas visés par les sanctions occidentales, Phillips a offert à la Croix-Rouge ukrainienne les honoraires de sa vente du 3 mars à Londres. «Tout ceci, ce n’est que de la façade», a rétorqué Matthew Girling, ancien directeur de Bonham’s devenu consultant. «Seul un boycott de Phillips peut convaincre ses propriétaires de faire pression sur Poutine pour qu’il change de conduite. Le marché de l’art peut-il rester à l’écart de la mobilisation de tous les secteurs contre la guerre ?», a-t-il déclaré à The Art Newspaper. Phillips assure n’avoir rien changé à ses conditions financières pour garder ses clients. Cinq œuvres ont été retirées le 3 mars, mais la compagnie assure que c’est pour des raisons commerciales et qu’«aucun lot majeur» n’a été retiré de la vente de prestige du 18 mai à New York.

Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne