Gregory Forstner et Elger Esser à la fondation Fernet-Branca

On 03 September 2019, by Stéphanie Pioda

Fondation Fernet-Branca, 2, rue du Ballon, Saint-Louis (68), tél. : 03 89 69 10 77, fondationfernet-branca.orgJusqu’au 29 septembre 2019.

Gregory Forstner (né en 1975), Diego, 2018, huile sur toile, 250 200 cm.
© Adagp, Paris 2019

Deux visions, deux styles. Tout semble opposer le travail de Gregory Forstner (né en 1975) et celui d’Elger Esser (né en 1967) : d’un côté une peinture figurative à la touche expressionniste pleine d’énergie, de l’autre une photographie volontairement hors du temps, contemplative et à l’esthétique minutieuse. Mais si l’on prête bien attention à leurs œuvres respectives, on s’aperçoit que tous deux parlent d’histoire de l’art, de mémoire collective, de la question de leur légitimité à se positionner face à l’histoire avec un grand H, et de mythologies personnelles. «Ce n’est pas à l’artiste de faire directement un travail politique, mais il est difficile d’aller dans certaines régions sans faire un petit commentaire», commente Elger Esser. Celui-ci expose la série «Morgenland» («terre du matin» en allemand), mot qui renvoie à la première traduction de la Bible par Martin Luther, à l’orientalisme et au colonialisme. Il entend lui donner un sens plus humaniste à partir de vues de paysages prises dans trois pays qui se sont fait la guerre Liban, Israël, Égypte , confrontées ici et ayant en commun une certaine idée de la beauté, un territoire artistique qui abolit les frontières. Pour Gregory Forstner, la peinture est une scène de théâtre lui permettant de mettre en scène sa propre histoire son grand-père paternel était un officier de la SS et une vision ironique de la société, toujours distanciée grâce à l’humour et la tendresse : une sorte de carnaval où les acteurs portent des masques d’animaux pour aborder toutes sortes de sujets sans tabou. Car, pour lui, «la poésie ne doit pas se soumettre à une forme de morale.» Pas de pathos, pas de jugement, toujours la jouissance de la peinture. Véritable marque de fabrique de la fondation Fernet-Branca, les deux expositions sont un voyage pertinent dans l’univers de ces artistes.

Welcome La Drouot Gazette offers you 4 Articles.
You still have 3 article(s) left to read.
I subscribe