facebook
Gazette Drouot logo print

Grands fauves de l’art actuel

Le 26 avril 2018, par Philippe Dufour

Cannes prenait les couleurs du continent africain, grâce à une vacation de la maison Cannes Enchères OVV. Une panthère s’y faisait particulièrement remarquer, déroulant son pas souple, bien que le félin rugissant soit constituée d’un bronze à patine doré. Il portait la signature recherchée de Richard Orlinski, sculpteur…

Grands fauves de l’art actuel
Richard Orlinski (né en 1966), Panthère, sculpture en bronze à patine dorée, signé et numéroté 6/8 dessous, 34 x 80  x 19 cm.
Adjugé : 57 150 €

Cannes prenait les couleurs du continent africain, grâce à une vacation de la maison Cannes Enchères OVV. Une panthère s’y faisait particulièrement remarquer, déroulant son pas souple, bien que le félin rugissant soit constituée d’un bronze à patine doré. Il portait la signature recherchée de Richard Orlinski, sculpteur français qui se passionne pour la représentation revisitée de la faune d’Afrique, mais à sa façon, usant de matériaux et de rendus bien différents de ceux de la statuaire animalière classique. Ainsi, notre panthère arbore un pelage constitué de prismes géométriques, symbolisant ce passage de l’univers de l’instinct à celui du civilisé, tout comme le contraste entre le lisse et le rugueux. Pour apprivoiser ce fauve très emblématique de notre temps, il fallait débourser 57 150 €. En peinture, Chéri Samba jouait comme à son habitude les provocateurs avec un acrylique sur toile intitulé J’aime la couleur. Peinte en 2009, cette scène aux allures d’autoportrait représente un artiste dont le corps est en train de se déliter à la manière d’un zeste d’orange… Tant d’audace formelle déclenchait une enchère à 36 830 €. Direction maintenant les États-Unis, et NewYork avec Onemizer ; l’artiste né en 1987, issu du street art, signait un acrylique sur toile représentant la statue de la Liberté. Un amateur emportait cette Street Liberty, couverte de tags et de graffitis, contre 17 780 €. On revenait ensuite aux grands classiques des années pop, avec Arman. De 1970 tout d’abord, What Happens to the Flowers ? Hommage to Andy Warhol était une inclusion de fragments de sérigraphies du maître du pop art déchirées sous résine dans une boîte de Plexiglas, achetée pour 12 192 €. L’œuvre provenait de la galerie Sonnabend et était doublement précieuse car signée par Arman et Warhol au dos ; issue d’une édition à 50 exemplaires tous différents, dont seulement 10 signés par les deux artistes, elle portait le numéro 774 des archives Denyse Durand-Ruel. Mais c’est la Stèle de tubes, créée en 2004, qui remportait le meilleur prix avec 17 145 €, une accumulation de tubes de peinture en inclusion dans la résine, en édition à huit exemplaires, et portant le numéro 152546 des archives de la fondation Arman à New York. 
 

Chéri Samba (né en 1956), J’aime la couleur, 2009, acrylique et paillettes sur toile, 81 x 100 cm. Adjugé : 36 830 €
Chéri Samba (né en 1956), J’aime la couleur, 2009, acrylique et paillettes sur toile, 81 x 100 cm.
Adjugé : 36 830 €

tableaux modernes et contemporains, sculptures, bronzes
dimanche 22 avril 2018 - 14:00 (CEST) - Live
20, rue Jean-Jaurès - 06400 Cannes
Cannes Enchères
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne